jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

ME ALASSANE CISSE, AVOCAT DE MATAR DIOKHANE: «Tout le monde s’attendait à des confessions horribles, mais il y a eu une déception»



ME ALASSANE CISSE, AVOCAT DE MATAR DIOKHANE: «Tout le monde s’attendait à des confessions horribles, mais il y a eu une déception»
 
Selon Me Alassane Cissé, qui a sollicité l’acquittement de tous les accusés lors de sa plaidoirie, hier, face à la Chambre criminelle de Dakar, le Procureur a «diabolisé» son client Matar Diokhané. Pour l’avocat, il y a eu des préjugés contre son client et «tout le monde s’attendait à des confessions horribles», mais au final il n’y a rien eu.  
 
Les travaux forcés à perpétuité requis contre «l’instigateur» des présumés djihadistes, Matar Diokhané dit Abou Anwaar, Me Alassane Cissé, son conseil, n’a pas eu la tâche facile pour démonter les arguments du Procureur. A en croire Me Cissé, Le Parquet ne peut pas demander la condamnation de son client pour complicité d’actes de terrorisme. L’avocat soutient qu’au moment des réquisitions, le ministère public a demandé la disqualification du crime d’actes de terrorisme en complicité.
A en croire l’avocat, si son client était un membre actif de Boko Haram, les enquêteurs auraient démontré des actes qu’il aurait commis et qui auraient débouché à sa condamnation. «Matar Diokhané est allé doublement à la rencontre de l’inconnu. Il ne savait pas sa destination», a-t-il précisé. Par ailleurs, Me Cissé a souligné qu’alors que tout le monde attendait des «confessions horribles» de la part de son client, c’est finalement une «déception» qu’ils ont eue. Pour lui, Matar Diokhané a répondu avec «exemplarité» à la totalité des questions, malgré les attaques du ministère public. Toujours, selon la robe noire, son client a été devancé à la barre par une «propagande comme Ramsès II». «Il fut brillant et éloquent, dit-il et c’est ainsi qu’il a convaincu et séduit Aboubacar Sekhau à travers la langue arabe qu’il sait bien manier», plaide-t-il. L’avocat de dire que le ministère public a voulu acculer Matar Diokhané et n’a pas voulu comprendre qu’il ait intercédé pour le compte de ses compatriotes. «C’est à l’issue de cela qu’il a été cuisiné, après que les autorités sénégalaises ont demandé au bout du fil à celles nigériennes qu’ils leurs soient tous livrés», a-t-il confirmé. Ce, alors qu’aucun fait n’a été retenu contre Matar Diokhané au Niger, selon, l’avocat.
Revisitant les chefs d’accusation, Me Cissé a souligné que les enquêteurs ne se sont pas rendus au Nigeria et qu’il ne faut donc pas prêter foi aux procès-verbaux. Pour lui, quand on parle d’actes de terrorisme, il faut déterminer le théâtre des opérations et le temps pour lequel elles ont été commises. Au regard de cela, il a estimé que cela appartient au Tribunal de rejeter les demandes du ministère public. Me Cissé pense que le Procureur diabolise les accusés en les présentant comme des terroristes en se fondant surtout sur la description des événements par les enquêteurs qui n’ont pas été pourtant au Nigeria. Me Cissé constate qu’il n’y a pas de différence entre les procès-verbaux et l’ordonnance de renvoi. Selon lui, le juge d’instruction a sorti le même document que le parquet.
 
Fatou D. DIONE


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL



Boomerang: Douche

Boomerang: Transferts

Boomerang: Ripailles

Boomeran: Le calice jusqu’à la lie

Boomerang: Serpent de mer

Boomerang: Air Ball

Boomerang: Mouise

Boomerang: De Charybde en Scylla

Boomerang: Dont acte

Boomerang: Coup de Jarnac