jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

MAL GOUBERNANCE, PLOUTOCRATIE, INSTRUMENTALISATION DE LA JUSTICE...: l'ex-DG adjoint de la police lâche des lacrymogènes sur Macky

Le Président Macky Sall a vraiment du souci à se faire. En plus des farouches opposants de la classe politique, le chef de l’Etat devra aussi faire face à une nouvelle opposition : des anciens hommes de tenue reconvertis. Ainsi, après les attaques d’un capitaine de l’armée sénégalaise, le voilà confronté à un autre problème de ce genre. En effet, l’ex-Directeur général de la police Boubacar Sadio, après sa lettre ouverte au chef de l’Etat, à propos de l’affaire Khalifa Sall, revient à la charge, mais cette fois-ci, avec un courrier adressé à ses concitoyens.




 
 
 
 
Il est connu pour son franc-parler, mais aussi pour sa compétence dans ses anciennes fonctions au sein de la Police nationale. Le commissaire Boubacar Sadio, un homme «hostile à l’injustice», selon ses propres termes, s’en prend à Macky Sall et son régime, mais aussi à toute la classe politique, depuis un certain temps. Dans sa lettre écrite dans l’affaire Khalifa Sall, l’ancien Directeur général de la Police avait secoué la République avec des informations scandaleuses qui ont écorché de hautes autorités de l’Etat.
Il revient à la charge, cette fois-ci avec un nouveau courrier adressé à ses concitoyens. Le commissaire Sadio justifie ses prises de position radicales contre la gestion de certains dossiers pendants devant la justice par la mal gouvernance du Sénégal. Se décrivant comme un simple citoyen qui tient à son pays, l’ancien Directeur général adjoint de la Police dira : «je suis un humble citoyen qui adore son peuple et qui ne voudrait aucunement que son pays connaisse des tensions et troubles dont les signes prémonitoires se manifestent de plus en plus clairement», a-t-il écrit d’emblée.
Poursuivant, le commissaire Sadio soutiendra : «il s’agit de contester objectivement pour évidemment les dénoncer, de la manière la plus ferme, les manifestations et l’apparition de dérives de toutes sortes, qui, si l’on n’y prend garde, peuvent aisément constituer de véritables sources d’instabilité politique et de désordre social permanent. Aujourd’hui, la mal gouvernance, dans presque tous les secteurs de la vie nationale, est la caractéristique principale du régime actuel», dit-il.
 
 
Commissaire Sadio descend en flammes toute la classe politique
 
 
A en croire le commissaire Sadio, cette mal gouvernance s’exprime par la ploutocratie éhontée et effrénée, l’instrumentalisation de la justice et la manipulation de nos lois à des fins politiciennes, l’arrogance méprisante de tenants du pouvoir, la patrimonialisation et la privatisation de l’Etat, la politisation et l’ethnicisation à outrance de l’administration, notamment des secteurs en charge des finances et des ressources diverses, la prostitution de l’élite intellectuelle démissionnaire de son rôle historique et avant-gardiste.
Toujours dans la même lancée, l’ancien Directeur général adjoint de la police déplore «la crétinisation de la jeunesse dévoyée par des émissions ludiques abêtissantes et ahurissantes, les revendications identitaires à caractère ethnique, régionaliste, confrérique, voire racial, la vassalisation des institutions républicaines marquées par leur cavité fonctionnelle, la désagrégation des valeurs morales et sociétales, l’asservissement des hauts fonctionnaires rendus veules, la clochardisation des masses rurales, la banalisation du parjure et du reniement par l’autorité suprême, l’adulation et la promotion des insulteurs publics et des écornifleurs, mais aussi la liquéfaction de toute volonté de résistance et de toute capacité d’indignation», a fait remarquer le commissaire Boubacar Sadio.
 
 
Les populations : le dindon de la farce
 
 
Selon ce dernier, depuis notre accession à la souveraineté internationale, notre pays n’a connu qu’un seul système politique hérité pour l’essentiel de la colonisation. Un système fondé essentiellement sur l’idée condescendante d’une supériorité logique et naturelle de la classe politique sur le reste de la population considérée come de simples sujets. Dans la même dynamique, le commissaire Sadio estime que les deux alternances vécues dans le pays n’ont pas apporté de transformations fondamentales, parce que les populations apparaissent toujours comme le dindon de la farce.
Fort de ce constant, l’ex-Dga de la Police nationale appelle la population à prendre conscience de sa situation. «Il s’agit de procéder à une véritable et profonde inversion paradigmatique des rapports entre les autorités et les populations. L’éveil de conscience des populations n’a jamais été une préoccupation majeure de nos dirigeants. Au contraire, ils se sont toujours érigés en hérauts de l’obscurantisme et de l’endormissement des masses populaires, aidés en cela par une catégorie particulière d’autorités religieuses et coutumières», déclare-t-il.
 
Ndèye Khady D. Fall


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL



Boomerang: Pacte

Boomerang: Silence on tue !

Boomerang: Un truc de ouf

Boomerang: Exorcisme

Boomerang: Sketch

Boomerang: Asymétrie

Boomerang: Vaccin

Boomerang: Carton écarlate

Boomerang: L’eau dans le gaz

Boomerang: Croupier