jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
Couverture « tendancieuse » des manifestations : Le Gouvernement menace « certains médias » ANTOINE FELIX DIOME BANDE LES MUSCLES «On ne tolérera pas qu’il y ait des débordements ou des écarts» 19 députés de l’opposition déposent un recours au Conseil constitutionnel POUR EVITER LES TENSIONS LIEES AU PAIEMENT DES BOURSES DES ETUDIANTS Yankhoba Diattara sensibilise les opérateurs de téléphonie à payer les bourses par la monnaie électronique POUR SOULEYMANE TELIKO DANS SON OUVRAGE EN GESTATION SUR L’INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Etre au service de la vérité et de la justice nécessite un juge vertueux et la protection de l’intégrité du système judiciaire DECISION DE DEFERER FINALEMENT À SA CONVOCATION Sonko veut éviter qu’on lui colle d’autres délits ou qu’on attente à son intégrité physique SEYDOU DIOUF APRES L’ATTAQUE DE SA MAISON  «C’est de la lâcheté, un fait générateur qui part du discours tenu d’abord par Ousmane Sonko» Sonko a reçu sa convocation pour la date du... Nomination de 6 nouveaux magistrats : la Cour des comptes s’agrandit POUR POUVOIR BÉNÉFICIER DE LA SUITE PRÉSIDENTIELLE DE L'HÔTEL LAGON 2 DE MBOUR  Saliou Faza Mbaye et Mouhamadou Lamine Seck se sont fait passer pour le fils du président de la République et celui d'Idrissa Seck

LEVÉE DE L’IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE DE SONKO: démissionnent de la commission ad hoc



LEVÉE DE L’IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE DE SONKO:  démissionnent de la commission ad hoc
 
La cacophonie autour de la procédure de levée de l’immunité parlementaire d’Ousmane Sonko continue de plus belle. La dernière en date est la démission de Moustapha Guirassy et Cheikh Bamba Dièye de la commission chargée d’auditionner Ousmane Sonko. Ces députés de l’opposition qui disent refuser d’être des artisans de la mise à mort de leur collègue, ont simplement claqué la porte de la commission ad hoc à la veille de la première audition d’Ousmane Sonko.
 
C’est par une lettre cosignée et adressée au président de la commission ad hoc que Cheikh Bamba Dièye et Moustapha Guirassy ont officialisé leur démission de la structure chargée de statuer sur la levée de l’immunité parlementaire du leader de Pastef. «Lors des travaux, nous avons remarqué des options qui, à coup sûr, vont remettre en cause un des piliers fondamentaux de l’Etat de droit : la séparation de pouvoirs et l’indépendance de l’Assemblée nationale», écrivent-ils au président de la commission ad hoc. Cheikh Bamba Dièye et Guirassy estiment que «le fonctionnement de la commission montre à suffisance que l’Assemblée nationale est en train de renforcer et de consacrer son inféodation au pouvoir exécutif par le biais du parquet qui lui dicte la conduite à tenir», déclarent-ils, regrettant que l’on refuse  à la commission de jouer son rôle de «juge d’instruction du Parlement pour mieux l’éclairer dans la grave décision qu’elle est amenée à prendre».
 
«Nous ne pouvons accepter d’être complices d’une mise à mort d’un député légalement et légitimement élu»
 
À Pape Birahim Touré, président de la commission ad hoc, Cheikh Bamba Dièye et Moustapha Guirassy rappellent que la décision de levée de l’immunité parlementaire n’est pas banale. Et c’est pour cette raison que le règlement intérieur de l’Assemblée nationale a donné des pouvoirs importants à la commission ad hoc pour mettre à sa disposition toutes les informations nécessaires pour lui permettre de prendre sa décision avec sérénité et en toute connaissance de cause. «Monsieur le Président, l’immunité parlementaire est le verrou ultime dont dispose le député pour se protéger contre les complots, les procès d’intention et la calomnie. Il est devenu évident que la démarche unilatérale et la précipitation avec laquelle la Commission ad hoc veut statuer ne sont porteuses d’aucune garantie de respect de la présomption d’innocence et du droit de tout citoyen à être jugé dans le respect des droits de la défense», font-ils noter. Pour eux, l’instruction doit se faire à charge et à décharge et l’Assemblée nationale doit être informée de la réalité des faits. «Ousmane Sonko est un élu du peuple et un représentant de la nation ; et nous ne pouvons accepter d’être complices d’une mise à mort d’un député légalement et légitimement élu ; laquelle mise à mort ne reposant sur aucun élément probant», dénoncent MM. Dièye et Guirassy. Qui poursuivent: «nous vous permettons ainsi d’être seuls à prendre l’entière responsabilité de la forfaiture que vous vous préparez à perpétrer. Au nom de l’Etat de droit et de l’éthique, nous ne pouvons y participer», déclarent-ils dans leur lettre adressée à Pape Birahim Touré.
 
Ndèye Khady DIOUF 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub



Boomerang: Puzzle

Boomerang: Ubuesque

Boomerang: Frêle rafiot

Boomerang: Tribune

Boomerang: Proie et ombre

Boomerang: Semence

Boomerang: Un ange passe

Boomerang: Visas

Boomerang: Machine

Boomerang: Coup de Jarnac




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures