jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

ALLIANCE NATIONALE STRATEGIQUE POUR UNE ALTERNANCE IMMEDIATE: Abdoulaye Wade plus que jamais décidé à empêcher la tenue de la présidentielle



ALLIANCE NATIONALE STRATEGIQUE POUR UNE ALTERNANCE IMMEDIATE: Abdoulaye Wade plus que jamais décidé à empêcher la tenue de la présidentielle
 
Il ne faudra pas compter sur Wade pour une présidentielle apaisée. Le patron du Pds, accueilli hier par une foule immense d’inconditionnels, a réitéré sa volonté d’empêcher la tenue de la présidentielle, qui, pour lui, est déjà biaisée par Macky Sall, qui a réuni toutes les conditions de sa victoire. Annonçant la mise en place d’un cadre de combat : l’Alliance nationale stratégique pour une alternance immédiate, le «pape du Sopi» invite ses partisans à manifester partout leur opposition à la tenue de scrutin du 24 février, quitte à brûler les cartes d’électeurs et les bulletins de vote. En outre, Wade accuse Macky Sall de détournement, en particulier sur le fonds spécial pour la Casamance que gèrent les Premiers ministres. Son frère Aliou Sall en a aussi pris pour son grade.
 
 
Malgré la vague de réprobations, Me Wade tient à son projet de faire capoter la présidentielle du 24 février prochain. Et il a été un peu plus précis, hier, sur ce qu’il y a à faire. «Nous avons un plan en trois phases. On a fait toutes les propositions et on est en train de voir comment l’améliorer», souligne Wade. Qui ajoute que tous les leaders qui sont allés le voir en France sont d’accord sur son plan de combat contre Macky Sall. Se faisant plus précis sur son programme d’action, le patron des libéraux assène. «Dès maintenant, on va commencer à faire de meetings et des marches partout au Sénégal». J’ai créé une structure qui s’appelle : Alliance nationale et stratégique pour une alternance immédiate. On va investir tout le territoire national, aller chez les gouverneurs, les préfets, les sous-préfets, dans les brigades de gendarmerie et commissariats de police, pour déposer des pétitions et pour leur dire que nous ne sommes pas d’accord sur la tenue de l’élection». 
Sur la tendance à interdire les marches et rassemblements de l’opposition, Me Wade veut bien être républicain et respectueux des lois et de nos forces de sécurité, s’ils font leur travail, mais n’est pas prêt à accepter les abus de pouvoir. «Si l’on interdit une fois, deux fois, trois fois, ça devient autre chose. Et dans ce cas, nous prendrons nos responsabilités. Et si les forces de l’ordre nous répriment, nous allons riposter. A toute attaque, nous riposterons. Tous ceux qui me connaissent savent que je rends coup pour coup»
 
 
«Rassemblez les cartes d’électeurs et brûlez-les…le samedi, allez dans la bureaux de vote, sortez les bulletins et brûlez-les»
 
 
Déterminé à empêcher le scrutin, Wade donne des consignes radicales. «Les cartes qu’on a distribuées sont de la fraude. Et comme on fait avec la fraude, il faut  rassembler vos cartes et y mettre le feu. Comme ça personne ne va les utiliser. Prenez vos cartes ; prenez les cartes de vos papas et mamans et brûlez-les», lance-t-il. De la même manière, il demande de passer le matériel de vote au feu. «Je veux qu’à partir du samedi (veille du scrutin), vous alliez dans les bureaux de vote où sont déposés les bulletins de vote. Sortez-les des salles de classe et brûlez-les». Wade soutient qu’après avoir empêché les élections, les acteurs vont se réunir, trouver un consensus et aller à une autre élection plus crédible. 
 
 
«S’ils s’entêtent à aller à l’élection, que personne ne vienne après me dire que Macky a volé ou triché. Je ne t’écouterai même pas»
 
 
Très en verve, Me Wade a réitéré son appel au boycott à l’endroit des candidats de l’opposition. Un boycott d’autant plus nécessaire, pour lui, que le scrutin est déjà biaisé. «Je voudrai parler aux candidats qui font face à Macky Sall. Tout le monde sait que si on va à l’élection, Macky Sall va proclamer sa propre victoire. Il a déjà préfabriqué ses résultats. Certains même parlent de 55% et d’autre de 65%», note Wade, qui poursuit : «si on sait déjà tout cela, à quoi bon aller à l’élection.  Il a déjà fait ses magouilles. Vaut mieux le laisser avec son élection et aller faire autre chose». Pour Me Wade, Macky Sall, candidat à sa propre succession, «a déjà une avance de 317.540 électeurs» sur ses adversaires. Des électeurs de plus, dit-il, qu’il a ajoutés à un second fichier, différent de celui dont disposent les autres concurrents et acteurs du processus électoral. De même, il dénonce les «magouilles» sur la carte électorale, qui font qu’on a changé les bureaux de vote de beaucoup d’électeurs, sans qu’ils soient au courant. Et quand ils le découvriront, le jour-j, ce sera trop tard pour aller voter, car envoyés loin de leur lieux de résidence. Fort de tous ses impairs, que le régime aurait fait à dessin, Me Wade de marteler : «Si l’on sait tout cela, pourquoi aller compétir avec lui ? Comment savoir tout cela et aller se ridiculiser, en participant à une pseudo élection. En réalité, il n’y a pas d’élection ici. Ce que Macky Sall organise, ce n’est pas une élection». Ayant alerté les adversaires du chef de l’Etat sortant, Wade leur demande, s’ils persistent à participer à la présidentielle, à aller voir ailleurs, le jour où ils se rendront compte qu’ils ont été roulés dans la farine. «S’ils s’entêtent à aller à l’élection, après, que personne ne vienne me dire que Macky a volé ou triché. Je ne t’écouterai même pas», assène le «pape du Sopi». 
 
 
«Depuis Diouf, le Premier ministre a un fonds spécial Casamance de 60 milliards. (…). Une partie de la fortune de Macky Sall vient de ce fonds»
 
Tirant de tous les côtés sur Macky Sall, Abdoulaye Wade l’accuse de détournement. «Quand il faisait sa déclaration de patrimoine, il a dit que les 7 milliards, c’est le Président Wade qui les lui a offerts. Ce n’est pas vrai, je ne lui ai offert aucun franc. Il les a volés», clame l’ancien chef de l’Etat. Qui précise qu’il avait dit qu’il ne parlerait pas de cette histoire d’argent, mais il n’a pas le choix. D’ailleurs, pour Wade, il y a beaucoup à dire sur l’origine de la fortune de Macky Sall, dont une partie viendrait d’un fonds spécial mis à la disposition des Premiers ministres qui se sont succédé, pour régler les questions liées à la crise casamançaise. «Vous avez tous vu l’énorme richesse de Macky Sall…Depuis Abdou Diouf, le Premier ministre a un fonds spécial, pour la question casamançaise. Un fonds de 60 milliards. Si tu es honnête, il n’y pas de problème. Mais si tu n’es pas honnête, tu crées des dépenses fictives… C’est un fonds que personne ne contrôle : ni l’Assemblée nationale, ni le président de la République. Moi en tant que président de la République, je n’ai jamais cherché à savoir ce qu’il en est. Une partie de la fortune de Macky Sall vient de ce fonds», dit-il. Poursuivant, il défie son successeur. Ne se limitant pas en si bon chemin, Wade soutient que Macky Sall a détourné beaucoup d’argent avec l’organisation des élections. Face à ces grosses accusations, Wade de marteler : «Si ce que je dis ne lui plait pas, il n’a qu’à me trainer en justice. Les Tribunaux sont là», lance-t-il. 
 
 
«Il a mis les membres de sa famille partout. Et ils sont en train de se gaver. Ce sont des bandits»
 
Le secrétaire général du Pds reproche aussi à Macky Sall sa gestion familiale. «Il a mis les membres de sa famille partout. Et ils sont en train de se gaver», soutient Wade. Il ne rate pas Aliou Sall qui, dit-il, est en train de dilapider les fonds de la Caisse des dépôts et consignations. Aliou Sall qu’il épingle aussi dans le contrat pétrolier avec Timis. Pour Wade, c’est l’actuel maire de Guédiawaye qui est au cœur de ce dossier. «Quand Macky est arrivé, il a donné le contrat à une société où était Aliou Sall. Aliou Sall a créé une société à Hong-Kong. Cette dernière a créé une autre société aux Iles Caïmans qui, à son tour, a demandé à Aliou Sall de créer une autre société au Sénégal. Or pout toutes ses sociétés, Aliou Sall est l’administrateur unique, l’actionnaire unique. A chaque fois, c’est M. Aliou Sall qui demande à M Aliou Sall, d’aller créer une autre société. C’est Aliou Sall qui parle à lui-même…, affirme Wade dans un éclat de rires. Et d’ajouter avec force. «Ce sont des bandits». Poursuivant, il soutient que, finalement, Aliou Sall s’est trouvé un associé (Frank Timis), avant de vendre le permis à 4 milliards.
Sur cette affaire d’ailleurs, Wade trouve que Franck Timis est un homme d’affaires et c’est normal qu’il sollicite un permis, mais ce qui n’est pas normal, pour lui, c’est le fait que Macky Sall ait pris son frère, «pour faire de lui un milliardaire en si peu de temps».
 
 
Mbaye THIANDOUM
 
 


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL



Boomerang: Relâche

Boomerang: Cœur à prendre

Boomerang: Héraut

Boomerang: Ingrédients

Boomerang: Foultitude

Boomerang: Jurisprudence

Boomerang: Guérilla

Boomerang: Si près

Boomerang: Gouverner, c’est prévenir

Boomerang: Numérotez les abattis !