jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

VOTE DU BUDGET DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE: Les députés soulèvent dossier Arcelor Mittal, Oumar Sarr refuse de s’y prononcer



 
Comme en commission, la question de Arcelor Mittal,celles de la responsabilité sociétale ainsi que de la répartition du Fonds minier ont été soulevées par les députés. Mais Oumar Sarr a fait l’omerta sur la question des 2500 milliards de Arcelor Mittal qu’il défendait avec le Pds.
 
Les députés ont voté hier le budget du ministère des Mines et de la Géologie qui a connu une hausse de plus de 8% soit 4.011.517.931 en autorisations d’engagement. Un hausse jugée très faible par les parlementaires.
 
 
 
Cheikh Bamba Dièye : «j’ai bon espoir avec vous, ce que nous avons tant attendu trouve enfin une solution»
Pour tous les combats menés ensemble dans l’opposition, Cheikh Bamba Dièyedit placer beaucoup d'espoiren Oumar Sarr pour œuvrer pour l’intérêt du peuple sénégalais. «Dans une autre vie pas très lointaine, nous avons eu à partager des valeurs communes de transparence, de traçabilité de reddition pour le bien national», affirme-t-il avant d’enchainer : «nous nous  sommes beaucoup battus pour que la lumière soit faite sur la nature profonde des contrats. Nous nous sommes beaucoup battus pour que les Sénégalais soient informés, pour que l’intérêt national prime sur les intérêts partisans. J’ai bon espoir qu’avec vous, ce que nous avons tant attendu trouveenfin une solution», a fait savoir Cheikh Bamba Dièye.Sur la question du fer, ce dernier demande de privilégier la préférence nationale. «Dans ma conviction, il n’est pas impossible d’envisager des sociétés nationales qui s’occuperont d'extraire les mineraisici et les valoriser ici, pour que le Sénégal puisse en tirer le maximum de profits. Comme avec les Ics», renseigne l’ancien maire de Saint-Louis.
Parlant du zircon et de l’or, Cheikh Bamba Dièye voudrait savoir s’il existe des procédés au contrôle et à la vérification des quantités extraites. Si ce n’est pas le cas, est-ce que le ministre a prévu de définir un cadre qui permet au Sénégal de connaître quelles quantitéssont extraites. Pour les questions des industries extractives dans des pays comme le nôtre, souligne-t-il, se pose souvent le problème de responsabilité, d’engagement, de sérieux. «Êtes-vouscapable de vous battre pour faire ce qu’il faut pour que les intérêts du Sénégal soient préservés, au nom du combat d’hier et les combats à venir ?»,  lance-t-il au ministre des Mines.
 
 
Aida Mbodji : «nous devons négocier des partenariats gagnant- gagnant au lieu de se contenter de miettes comme la Rse»
 
Pour l’ancien maire de Bambey, l'Etat doit réfléchir à comment tirer plus de profits de ses contrats avec les entreprises étrangères, surtout dans le domaine des mines. «Je fais partie de ceux qui pensent que la Rse est obsolète. Nous sommes à l'ère du business affaire. Nous devons négocier des transferts de technologie. Il faut que l’État instaure des partenariats gagnant-gagnant au lieu de se contenter de miettes comme la Rse», lance Aida Mbodji,qui croit que les élus devraient être plus impliqués dans les investissements pour régler une bonne fois pour tous les problèmes de péréquation et autres.
 
Moustapha Guirassy : «La prostitution ravage des familles»
 
Abordant le problème de l’exploitation de l’or à Kédougou, Moustapha Guirassy affirme que la question appelle la responsabilité des gouvernants. Selon lui, les Kédovins souffrent, pourtant leur localité regorge de ressources naturelles. «Ils ne comprennent pas que leur environnement soit agressé, que les autorités signent des autorisations à des sociétés d’aller au-delà de la zone tampon à Niokolo Koba. Ils ne comprennent pas cette économie extravertie», déclare-t-il. A en croire Guirassy, beaucoup de monde pense qu’à Kédougou, on peut y trouver des bijoutiersavec de l'or alors que les habitants ne voient pas du tout la couleur de l’or, pas de bijoutiers ni d’artisans, alors que rien ne devrait empêcher cela. «Ils sont parfois dépossédés de leurs champs. Les enfants décrochent de l’école parce qu’ils veulent aller dans les mines et les parents encouragent leurs enfants par ce qu’il n’y a que ça pour survivre. La prostitution ravage des familles», regrette-t-il. Guirassy de dire que l'argent fait la loi et ils sont entrain d’abandonner petit à petit l’agriculture qu’ils maîtrisent tant. «Si nous voulons transférer ces territoires, les 10% de l'Etat doivent revenir aux collectivités locales. Si vous voulez réellement une véritable transformation, le Fonds de péréquation ne doit plus avoir de blocage. Il faut arrêter ce misérabilisme avec les Rse» préconise-t-il.
Mame Diarra Fam a elle aussi interpellé le ministre des Mines. Et les questions qui intéressent cette députée de la diaspora, c’est ce qui empêche le Sénégal de transformer son fer au vu des usages multiples de cette ressource dans notre pays. Mais aussi la traçabilité de la quantité d’or produite chaque année par le Sénégal. Mame Diarra Fam veut surtout savoir comment son désormais ex-frère de parti va organiser la participation de l’Etat dans la transformation de nos produits miniers.
 
Serigne Cheikh Mbacké : «c’est vous qui m’aviez dit que le Sénégal devait percevoir 2500 milliards alors que nous avons reçu que 75 milliards»
 
Les députés du Pds ont bien chargé leur ancien coordonnateur de parti et désormais ministre des Mines sur la question de Arcelor Mittal. Aussi bien le président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie que sa collègue WoréSarr ont interpellé Oumar Sarr sur sa position actuelle par rapport à la question. «Vous m’aviez àmaintes reprises confié le dossier Arcelor Mittal pour queje vienne le défendre ici. C’est vous qui m’aviez dit que le Sénégal devait percevoir 2500 milliards alors que nous n’avons reçu que 75 milliards», renseigne Serigne Cheikh Mbacké Dolly avant de lancer : «vous qui avez cru et défendula thèse des 2500 milliards, maintenant que vous êtes ministre, nous devions avoir la bonne réponse», ironise-t-il.
WoréSarr aussi s’y est mise en demandant à Oumar Sarr où se situe la vérité entre les 2500 milliards de Arcelor Mittal qu’ils ont défendu pendant longtemps avec le Président Wade et les 75 milliards du gouvernement de Macky Sall. Leurs questions sont restées malheureusement sans réponse parce que Oumar n’y a pas fait mention dans ses réponses.
 
 
Ndèye Khady DIOUF
 
Mbaye Thiandoum


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub



Boomerang: Année grise

Boomerang: Année grise

Famille Omarienne : Pas de Ziarra pour 2021

Boomerang: Bouillon de culture

Boomerang: Seringue

Boomerang: Atavisme

Boomerang: Face d’ange

Boomerang: Versailles

Boomerang: Passation

Boomerang: DQ




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures