jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

REVENDICATIONS DES LUTTEURS: Ces revendications des lutteurs impossibles à satisfaire



REVENDICATIONS DES LUTTEURS: Ces revendications des lutteurs impossibles à satisfaire
 
En épluchant le mémorandum remis au ministre des Sports, lundi, les lutteurs ont dégagé une palette de points, les uns aussi impossibles à satisfaire que les autres. Khadim Gadiaga et Cie demandent même la gestion de l’arène nationale, oubliant que c’est un stade omnisports qui intègre beaucoup de disciplines, ou la fixation de l’âge de la retraite à 50 ans. Des revendications qui ne trouveront jamais satisfaction…
 
Un document intitulé Mémorandum pour la défense de la lutte sénégalaise renseigne que les acteurs de la lutte, toutes catégories confondues, ont fait une revue complète des problèmes que traverse cette discipline. Cette revue fait sortir 10 points qui traitent plusieurs revendications pour cette discipline.
 
Audit du Cng par la Cour des comptes, restitution des sommes défalquées sur le cachet des lutteurs aux promoteurs
 
L’on peut retenir que pour ce qui est, par exemple, de l’audit du Cng, la restitution des sommes indument ponctionnées sur les reliquats des lutteurs. Le collectif des lutteurs parle de gestion opaque et nébuleuse du Cng, qui mérite un contrôle et sollicite l’intervention de la Cour des comptes. Pour les sanctions, il souligne que les dispositions parlent de rétention, alors que le droit de rétention prévue par les dispositions légales est une garantie de l’exécution d’une obligation. Ce droit que s’arroge le Cng ne lui est pas permis. «L’amende est une sanction pénale pécuniaire du domaine de la loi qui fixe le montant et les modalités du paiement. Dès lors, les sommes retenues par le Cng sont indues et doivent être restituées aux promoteurs qui organisent et qui sont les maitres du spectacle», peut-on lire sur le document.
 
Revoir les suspensions, confier la gestion de l’arène nationale aux lutteurs
 
A propos de l’annulation des suspensions, les lutteurs pensent que ceux qui sont sanctionnés n’ont fait qu’exprimer leurs opinions. Le droit d’expression est une liberté constitutionnelle, au-dessus des dispositions des règles édictées par le Cng. Khadim Gadiaga et son équipe ont aussi soulevé la gestion de l’arène nationale qui, selon eux, est une revendication des acteurs de la lutte. Dans ce sillage, il appelle les autorités à confier cet édifice aux lutteurs qui ont acquis une maturité leur permettant de prendre en charge cet outil. Pour l’assurance des lutteurs et la disparition du Cng pour passer en fédération, le collectif des lutteurs souligne que le Cng a dépassé ses limites. Aucune crise ne fonde aujourd’hui son existence, qui est devenue illégale et sur ce, il ne doit plus exister.
 
Porter l’âge de la retraite à 50 ans au lieu de 45 ans, cotisation à l’Ipres et revoir le statut du manager
 
 Au  sujet de la participation financière, en lutte simple, la surprime sur cachet des lutteurs et surtout les participations des lutteurs aux institutions sociales, les lutteurs soulignent que l’âge de la retraite à 45 ans est inconcevable. Le sport individuel doit permettre la compétition jusqu’à 50 ans. Ce n’est pas tout. Les fonds sociaux pour les lutteurs doivent être créés et permettre aux lutteurs de cotiser à l’Ipres. Concernant le statut du manager, il n’est plus question qu’un manager représente en même temps un lutteur et un promoteur. Ce qui génère parfois des conflits d’intérêts.
 
Marième NDIAYE


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL



Boomerang: Effets de manche

Boomerang: ​Voix de la raison

Boomerang: Tabou aboli

Boomerang: Canari

Boomerang: Cancrelat

Boomerang: Ila Touba

Boomerang: Prétexte

Boomerang: Tempo

Boomerang: Match-piège

Boomerang: Charivari