jotaay

MOUNDIAYE CISSE, SOCIETE CIVILE SUR LA GESTION DU COVID-19 «L’Etat doit discuter avec les khalifes généraux pour revoir l’organisation du Magal, du Gamou…»



MOUNDIAYE CISSE, SOCIETE CIVILE SUR LA GESTION DU COVID-19 «L’Etat doit discuter avec les khalifes généraux pour revoir l’organisation du Magal, du Gamou…»
Il fait partie des membres de la société civile qui avaient répondu à lappel du chef de lEtat dans le cadre de la riposte contre le Covid-19. Aujourdhui, son appréciation de la gestion de la pandémie est mitigée. Pour lui, lEtat avait bien fait au début, avant que tout ne bascule. Cela, dit-il, du fait même de la faiblesse de lEtat qui sait prendre de bonnes mesures, mais ne sait pas les faire appliquer. Aussi, pour freiner la propagation de la maladie de plus en plus répandue, il invite à discuter dès maintenant avec les khalifes généraux pour trouver un nouveau format dorganisation des magals, gamous…
 
 
«Je pense que l’Etat a géré en dents-de-scie cette pandémie. Tout à fait au début, il y a eu une très bonne gestion, qui a cristallisé l’adhésion de tout le monde ; d’abord avec la démarche du chef de l’Etat de s’ouvrir à toutes les franges de la société, et les mesures qui ont été prises étaient des mesures salutaires. Ensuite, il y a eu des hésitations et des reculades…», a diagnostiqué de prime à bord Moundiaye Cissé. Qui ajoute qu’alors que l’Etat était parti du bon pied, «tout a commencé à basculer quand le Président a demandé à vivre avec le virus». En effet, soutient-il, «c’est là que le relâchement a commencé, et cela a fait suite à des pressions de groupes sociaux et religieux».
 
«Un manque de constance et des hésitations au niveau de lEtat»
 
Pour lui, le plus grand problème dans la gestion du Covid-19, c’est que les autorités savent prendre des décisions fortes, mais ne parviennent jamais à aller jusqu’au bout. «L’Etat est prompt à prendre des mesures, mais pèche dans leur application. Il est fort dans la prise de certaines mesures, mais faible dans leur application. Ce qui est à dénoncer», explique le patron de l’Ong 3D. 
 
«Organisation du Magal, du Gamou…»
 
Et il est d’autant plus inquiet de cette situation que bientôt il y aura le Magal de Touba et le Gamou de Tivaouane, le gamouwaat de Ndiassane. Et pour ces évènements, il «pense que l’Etat doit aller dans le sens d’ouvrir la discussion avec les khalifes généraux pour revoir leur organisation». Et le plus important pour lui est que l’Etat entame ces discussions dès maintenant et n’attende pas d’être à quelques semaine de ces évènements. «Il faut préparer les gens à toutes les éventualités dès maintenant», dit-il. Mais il invite surtout l’Etat à «ne pas faire de parti pris» entre les groupes religieux, car cela «occasionne des contestations qui conduisent aux reculades» par rapport aux mesures prises. 
 
Mbaye THIANDOUM
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub



Boomerang: Arguties

Boomerang: VRD

Boomerang: Dextérité

Boomerang: Choix

Boomerang: Cache-cache

Boomerang: Jaxaay bis

Boomerang: Immersion

Boomerang: Maître queux

Boomerang: Canossa

Boomerang: Dilemme




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures