jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
AVENIR POUR L’AFP APRES LE DEPART DE MOUSTAPHA NIASSE Ibrahima Bakhoum et Ibou Sané sceptiques SOUTIEN AUX FONCTIONNAIRES Macky Sall double l’avance Tabaski qui passe de 50.000 à 100.000 F Cfa HORREUR AU COMMISSARIAT CENTRAL DE POLICE DE DAKAR Le chauffeur de «Boy Djiné» pique de sévères maux de ventre et meurt sans assistance au violon MARY TEUW NIANE NIANE TACLE SÉVÈREMENT MANSOUR FAYE «Je ne me glorifie jamais d’un travail mal fait. J’aime la perfection. Je veux le meilleur pour Saint-Louis» COMMUNIQUÉ DE PRESSE Adressage numérique national : Les acteurs sensibilisent les populations sur l’importance du projet MACKY SALL RASSURE LES SÉNÉGALAIS «Tant que je serai président du Sénégal, il n’y aura pas de légalisation de l’homosexualité» TRAFIC DE DROGUE  Un navire avec «une importante quantité de drogue» intercepté en mer par la Marine nationale SADIO MANE SUR LE PITEUX ETAT DE LA PELOUSE DU STADE LAT DIOR ET DE LA COUPURE D’ELECTRICITE EN PLEIN MATCH «Ce qui s’est passé n’est pas digne d’un pays de football comme le Sénégal» PROCHE DE LA FAMILLE DE SERIGNE BABACAR SY ET mort à l’âge de 100 ans,  Katim Touré, enterré dans un terrain de Serigne Maodo Sy Dabakh, exhumé hier REPERES STATISTIQUES DE MARS 2021 Une amélioration de la production notée dans tous les secteurs d’activités

CRISE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: Le Saes vilipende Cheikh Oumar Anne et déballe...



CRISE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: Le Saes vilipende Cheikh Oumar Anne et déballe...
 
Le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) est très remonté contre les autorités et il ne fait point dans la demi-mesure pour dire ce qu’il pense. Face à la presse, Malick Fall, secrétaire général du syndicat, déclare qu’ils sont au courant des velléités d’accaparement du patrimoine foncier de l’Ucad, mais que ça ne passera pas. Il a également fustigé l’inexistence de masters pour tous dans les campus franco-sénégalais. Le secrétaire général du Saes met d’ailleurs en garde les recteurs qui seraient tentés de vouloir attribuer eux-mêmes les bourses, parce que, dit-il, les universités ne sont pas là pour définir les critères d’attributions de bourse.
 
 
Ce sont de terribles révélations qui ont été faites par le secrétaire général du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur, hier, en conférence de presse. Selon Malick Fall en effet, les autorités seraient sur le point de vendre une partie du patrimoine foncier de l’université à une ambassade. «Avant les indépendances, le Sénégal avait attribué au Centre Orstom des surfaces à travers le pays, parmi lesquelles la réserve foncière de plus de 50 ha à Mbour. L’Orstom s’est mué pour devenir l’Institut de recherche pour le développement (Ird). Au moment des indépendances, ils ont conservé ce patrimoine foncier pour des visées scientifiques, pédagogiques et de recherche. Aujourd’hui, il nous est revenu que c’est ce patrimoine foncier là que l’Ird a rétribué à l’ambassade de France. Et c’est cette réserve foncière que l’ambassade va vendre pour participer à l’effort de construction de Campusen», a laissé entendre Malick Fall, qui ajoute qu’ils sont aussi informés de velléités d’accaparement du patrimoine foncier de l’Ucad. «Nous n’accepterons jamais que le patrimoine foncier de l’Ucad soit spolié ou bradé. Ce qui nous a fait mal, c’est qu’au moment de l’écriture du décret d’application de la loi-cadre, nous avions mis dans les attributs du Conseil d’administration la gestion du foncier des universités. On l’a tout bonnement enlevé du décret», dénonce le secrétaire général du Saes.
 
 
«Les masters pour tous n’existent pas»
 
 
Par ailleurs, Malick Fall est revenu sur les étudiants qui doivent être admis aux différents masters publics. Selon lui, les universités sont les seules habilitées à définir les critères de sélection. Mais avant, il a tenu à dire ses vérités. «Nous voulons tenir un langage de vérité. Premièrement, les masters pour tous n’existent pas. Il n'y en a pas. Deuxièmement, les universités à travers les démembrements des différentes structures qui les composent, sont les seules habilitées à définir les critères de sélection des étudiants qui doivent être admis aux différents masters publics qui existent dans ces universités-là. C’est nous qui sommes habilités à définir les critères d’accès. Mais les universités ne sont pas là pour définir les critères d’attribution de bourse».
Et le syndicaliste de rappeler que c’est le ministère de tutelle, à  travers la Direction des bourses, qui a la souveraineté de réunir ses commissions et d’établir ses critères d’attribution des bourses. Aussi, met-il en garde les Recteurs. «Nous mettons en garde les recteurs qui seraient tentés de vouloir attribuer eux-mêmes les bourses. Ce n’est pas leur prérogative», a-t-il averti.
Au chapitre des révélations toujours, le syndicaliste d’indiquer qu’aucune université n’a reçu le budget correspondant aux 200 postes d’enseignants-chercheurs ouverts par le gouvernement.
 
Orientation des étudiants : le pire est à venir
 
 
«Le nombre de chapiteaux nécessaire pour héberger les bacheliers a été largement sous-évalué et nous avons attiré l’attention du ministre sur ce manquement… Si on ajoute à cela une orientation des bacheliers qui est faite en violation du décret 2016-1805 depuis plusieurs années, il n’est donc pas étonnant que les universités peinent à accueillir les bacheliers de 2020. Malheureusement, le pire est à venir avec l’organisation du Bac 2021 dans trois mois avec 157.312 candidats, soit une augmentation de 2203 candidats par rapport à 2020», préviennent les syndicalistes.
 
 
«Il semblerait que ce soit un Mauritanien qui, depuis la France, oriente nos bacheliers»
 
Les syndicalistes très remontés contre leur ministre de tutelle d’embrayer : «Après sept rencontres (plus de deux mois de travail), pas d’évaluation ni de restitution. Toujours dans sa stratégie de dilatoire, Campusen, le système national d’orientation, est très nébuleux, il semblerait que ce soit un Mauritanien qui, depuis la France, oriente nos bacheliers. Quelle honte ! Il avait été convenu avec le ministre un audit et une refonte de la plateforme. Depuis des années, c’est aussi le dilatoire. C’est à croire que le ministère ne s’intéresse à la plateforme que lorsqu’il s’agit d’orienter les bacheliers ; Les enjeux de l’enseignement bimodal ne sont pas bien cernés par le ministère. Il n’y a aucune vision ni anticipation sur les questions qui seront posées. A la place, nous constatons un pilotage à vue avec des annonces très médiatisées», liste le syndicat quelques impairs causés par «l’incompétence» de Cheikh Oumar Anne. Dans la série noire, le Saes dit avoir regretté «une trop grande immixtion du Ministère dans l’autonomie des universités».
 
Baye Modou SARR
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


LIVE RADIO

29/03/2021


Boomerang: Sans animosité

Boomerang: Présage

Boomerang: Peau de chagrin

Boomerang: Gazon anglais

Boomerang: Atonie

Boomerang: Stratégie

Boomerang: Abysses

Boomerang: Fleurons

Boomerang: Singeries

Boomerang: «Yoolè»



SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures