jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
jotaay

BATAILLE POUR LE CONTROLE DE CARREFOUR AUTOMOBILES ET LOCAFRIQUE

Amadou Bâ traine devant le juge pénal Khadim Bâ, son adjoint et le patron de Kason Finance et leur réclame 100 milliards



Les coups pleuvent entre Amadou Bâ et son fils aîné Khadim Bâ. Si Khadim Bâ avait réussi à asséner un grand coup à son père en obtenant un non-lieu dans la procédure qui était pendante devant le Doyen des juges d’instruction, réussissant en même temps à échapper à comparaitre devant le juge pénal, cette fois, le père semble prendre sa revanche. Car, d’une manière ou d’une autre, Khadim Bâ va répondre devant le juge correctionnel. Après la citation servie par le père et dans laquelle était également visé l’administrateur du greffe du Tribunal de commerce, Amadou Bâ vient d’envoyer une autre citation directe à Khadim Bâ. Dans ladite citation, il a aussi visé Momath Sarr et Ramin Sadeghi, qu’il poursuit pour association de malfaiteurs et escroquerie à jugement. Il leur réclame à titre de réparation la manne financière de 100 milliards de nos francs. L’affaire sera évoquée jeudi prochain, 11 février 2021.
 
 
Cela a été un coup de massue certainement pour Amadou Bâ d’apprendre que Khadim Bâ et toutes les personnes qu’il avait citées dans sa plainte devant le Doyen des juges d’instruction ont bénéficié d’un non-lieu. Le changement des noms figurant sur le registre de commerce, en porte-à-faux avec l’ordonnance du juge, en décembre dernier, a également été un autre coup dur. Mais, comme dans un ring de boxe, le père a réagi en envoyant une série de coups à son fils. En effet, après la citation directe qu’il a servie à son fils aîné Khadim Bâ et dans laquelle il a aussi visé l’administrateur du greffe du Tribunal de commerce, Amadou Bâ vient d’envoyer un autre uppercutà son fils, qui devra forcément comparaitre devant le juge pénal. En fait, Khadim Bâ est cité à comparaître le 11 février prochain par son père, pour association de malfaiteurs et escroquerie à jugement. Amadou Bâ, dans sa plainte, parle de plan «mafieux», savamment orchestré et dans lequel sont impliqués, selon lui, Momath Sarr, Directeur général adjoint de la Société Locafrique ainsi que Ramin Sadeghi, qui serait le représentant légal de la société Kason Finance Ltd. Ces derniers tentent, selon lui, de lui soutirer ses biens que sont la société Carrefour Automobile et la société Locafrique alors qu’il s’est battu pour les réaliser.
 
Amadou Bâ réclame 100 milliards de francs à titre de réparation
 
 Amadou Ba leur réclame la manne financière de 100 milliards de francs. Il demande également au juge de décerner un mandat d’arrêt s’ils ne comparaissent pas ou un mandat de dépôt s’ils déferrent à la convocation.
 
Epouser une 2ème serait son crime de lèse-majesté, selon Amadou Bâ
 
A en croireAmadou Ba, si son fils veut lui soutirer tous ses biens, c’est simplement parce qu’il a pris une seconde épouse. «A la suite d’un conflit familial lié surtout au fait qu’il avait pris une seconde épouse, Monsieur Amadou Bâ a découvert avec surprise l’existence d’un acte sous-seing privé daté du 24 novembre 2016 aux termes duquel la société Fap Keur Khadim SA et lui-même auraient cédé la presque totalité de leurs actions à son épouse Oumy Guèye et ses enfants, à savoir Khadim Bâ, Alioune Badara Bâ, Ndèye Khady Bâ et Fatou Kiné Bâ. Par la même occasion, il a découvert qu’une Assemblée générale constituée des cessionnaires des actions et un Conseil d’administration composé des administrateurs désignés par ces mêmes cessionnaires d’actions ont été convoqués et se sont réunis pour porter Khadim Bâ à la tête de Carrefour Automobiles et procéder à sa destitution», a expliqué Amadou Ba dans sa citation. Dans l’explication de l’origine de ce bras de fer, il poursuit : «le crime de lèse-majesté commis par le père, c’est d’avoir pris une seconde épouse. Craignant que des enfants qui naitront de cette nouvelle union ne viennent naturellement et légitimement leur disputer l’héritage familial qu’ils considèrent comme avoir bâti au prix d’énormes sacrifices, une solution radicale devrait être trouvée pour écarter définitivement le père de famille Amadou Bâ du capital desdites sociétés et cette mission a été confiée à l’aîné de la famille Monsieur Khadim Bâ. Monsieur Khadim Ba a mis en place un plan consistant à faire croire que son père biologique ne jouissait plus de ses facultés physiques et mentales pour diriger ses entreprises ; qu’il fallait dans ces conditions, au lieu de le mettre sous tutelle, le déposséder de tout son patrimoine dont les plus importants étaient les sociétés Carrefour Automobiles et Locafrique SA».
 
Le modus operandi de Khadim Bâ, selon son père, pour le déposséder de ses biens
 
Comment tout cela a été opéré ? Dans la citation directe, Amadou Bâ explique qu’il est le représentant légal de la société Fap Keur Khadim SA et Carrefour Automobiles et le président du Conseil d’administration de la société Locafrique SA. Il expose qu’il est actionnaire fondateur de Carrefour Automobiles dont le capital est constitué de 51.000 actions, réparties comme suit : 35.000 actions pour lui et 15.300 actions appartenant à la société Fap Keur Khadim SA dont il est le fondateur et propriétaire. Il souligne avoir acquis Locafrique SA dont le capital est détenu à 99,9% par Carrefour Automobiles dont il est actionnaire majoritaire. Et pour lui reprendre tout cela, l’Assemblée générale qui l’a destitué a été organisée à son insu. Mais, il n’était pas au bout de ses surprises. Amadou Bâ a reçu une assignation à comparaitre devant le juge des référés du Tribunal de commerce initiée par une société de droit britannique dénommée Kason Finance Ltd dont il ignorait totalement l’existence, selon lui. Ladite société demandait la rétractation de l’ordonnance du 17 avril 2020 rendue par le juge chargé du contrôle du RCCM aux motifs que Carrefour Automobiles dont elle est créancière de la somme astronomique de 12.167.735.098 francs en vertu d’une cession de créance que lui aurait faite la société Locafrique sur la société Carrefour Automobiles et de la dation en paiement qui serait intervenue entre elle et la société Carrefour Automobiles. A en croire le fondateur de Carrefour Automobiles, c’est son fils qui est derrière tout cela. Il accuse donc Khadim Bâ d’avoir procédé à la signature d’une «reconnaissance de dette sous-seing privé déposée au rang des minutes du notaire Ndèye Lika Bâ par la société Carrefour Automobiles au profit de Locafrique portant sur plus de 12 milliards de francs ; d’avoir signé une cession de créance par la société Locafrique «en qualité de cédant en faveur de la société Kason Finance Ltd», mais également une cession par dation en paiement des 1.149.984 actions de la société Locafrique appartenant à Carrefour Automobiles en faveur de la société Kason Finance Ltd. Et pour donner de la crédibilité à tout cela, Khadim Bâ et Cie ont fait établir deux procès-verbaux, dont l’un de conciliation entre Carrefour Automobiles et Kason Finance portant reconnaissance de dette de plus de 12 milliards, et un deuxième portant dation en paiement. «Ces procès-verbaux de conciliation ont été soumis à l’homologation du Tribunal de commerce», précise Amadou Bâ dans sa citation directe.
 
Kason Finance Ltd apparaitrait sous plusieurs statuts
 
Selon le père, il n’a été «ni acteur ni spectateur» puisqu’il n’en savait rien. Selon Amadou Bâ, Khadim Bâ a délégué ses pouvoirs à Momath Sarr qui a négocié et signé une reconnaissance de dette avec Carrefour Automobiles représenté par Khadim Bâ. A l’en croire, ce n’est rien d’autre qu’une «véritable association mafieuse» qui a été mise en place pour «créer de toutes pièces une société de droit anglais dénommée Kason Finance Ltd». Car, pour lui, après des recherches, il a trouvé que Kason Finance apparaissait parfois sous le statut «Dormant» (sans activité), puis «Dissolved (dissoute)» enfin «Restaured» (réactivée). Tout compte fait, le fondateur de Carrefour Automobiles estime que les délits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie à jugement son bien fondés et demande la condamnation des prévenus.
 
 
Alassane DRAME

ME
 
Mbaye Thiandoum


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub



Boomerang: Puzzle

Boomerang: Ubuesque

Boomerang: Frêle rafiot

Boomerang: Tribune

Boomerang: Proie et ombre

Boomerang: Semence

Boomerang: Un ange passe

Boomerang: Visas

Boomerang: Machine

Boomerang: Coup de Jarnac




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures