jotaay

VIOL ET INCESTE A KEUR MASSAR Une fille de 14 ans transformée en objet sexuel durant un an par son père



VIOL ET INCESTE A KEUR MASSAR Une fille de 14 ans transformée en objet sexuel durant un an par son père
 
 
Kaoussou B. a été déféré hier au parquet par les hommes du commissaire Youssou Ndong du commissariat de police de Jaxaay pour viol, inceste et pédophilie sur sa propre fille, Sarata B. Celle-ci a commencé à subir les assauts répétés de son papa depuis l’année passée.
 
 
 
Arrestation du présumé violeur de sa propre fille à la cité Sonacos du nouveau département de Keur Massar. Le monstre se nomme en effet Kaoussou B. et exerce le métier d’agent de sécurité. Il a eu la gamine avec une femme sans pour autant avoir épousé cette dernière.Mais, au fil du temps, le vigile de nuit décide de se caser et épouse une jeune femme avec qui il a eu des enfants. Il emmène ensuite chez lui sa fille aînée Sarata B., qui avait 5 ans à l’époque. Il partage alors sa seule et unique chambre conjugale avec toute sa petite famille, dont la mineure, qui, âgée aujourd’hui de 14 ans, élève en classe de 5ème dans un établissement scolaire de Keur Massar. Ce qui plonge la famille dans une situation de promiscuité. Mais, l’année passée, l’épouse du papa de l’adolescente se rend avec ses deux enfants en Casamance, où elle les inscrit dans une école. Elle séjournera ensuite quatre mois au village.
 
Le papa caresse les mains de sa fille et lui tripote les seins
 
Sarata se retrouve alors seule avec son père, qui quitte chaque soir le domicile pour aller travailler comme agent de sécurité pendant la nuit et ne rentre qu’au petit matin à la maison. Mais, un jour, de retour du travail, Kaoussou trouve sa fille en train de regarder la télé et vient s’assoir à ses côtés. Soudain, il se met à caresser les mains de la petite, qui manque de tiquer. Elle croit à un geste machinal de son papa et tente se retirer. Mais, le vieux papa pervers insiste avec une mine déconfite, se saisit brusquement des seins de son enfant et commence à les tripoter. Il les prend ensuite dans la bouche et les suce.
 
Il dit tester la petite et se fait surprendre dans le lit conjugal par son épouse
 
La fille éprouve de la honte devant son père et l’interpelle. Ce dernier minimise son geste scandaleux et lâche à l’endroit de la gamine ceci : «je voulais juste te tester !»Quelques jours plus tard, à son retour de travail, le papa se retrouve encore seul avec l’adolescente et reprend ses agissements lubriques. Un jour, il profite de l’absence de son épouse – partie très tôt le matin à un rendez-vous médical à l’hôpital – trouve la jeune fille seule dans la chambre conjugale et se jette sur elle, avant de la violer pour la première fois. Il continuera ses agissements malveillants avec son enfant jusqu’au jour il sera surpris en train d’embrasser sur la bouche sa fille par son épouse. Cette dernière qui n’en croit pas ses yeux, hurle de stupeur et relâche aussitôt le rideau de la porte de la chambre. Elle revient quelques secondes après, se retire avec l’adolescente et l’interpelle sur l’attitude suspecte de son papa.
 
«Il m’a violée ; il se frottait à moi jusqu’à jouissance ; il se mettait à poil et se masturbait devant moi ; et cela me gênait»
 
L’adolescente s’emmure dans un silence de cimetière et vaque tranquillement à ses occupations domestiques. Son père décide entre temps de la transférer dans une école à Mbour. Elle refuse et se rend au domicile de sa grand-mère où elle déballe tout. «Il (mon père) m’a une seule foispénétrée. Mais, les autres fois, il se frottait à moi jusqu’à jouissance. Il me forçait à coucher avec lui. Il se déshabillait et se masturbait tout nu devant moi ; et cela me gênait vraiment», a soutenu la victime. C’est ainsi qu’une plainte a été déposée.
 
Le papa nie la pénétration et dit se limiter à faire des caresses car il évitait d’engrosser sa fille
 
Interpellé, le père présumé violeur a nié sans convaincre avoir entretenu des relations sexuelles avec sa fille. Mais il a reconnu avoir fait des caressesà celle-ci. Il soupçonne le petit-ami de sa fille avec qui il vit dans la même maison en location à la cité Sonacos de Keur Massar. «Je lui faisais juste des caresses. Mais je n’ai jamais couché avec elle car j’évitais qu’elle ne tombe enceinte de mes œuvres», s’est défendu le père. Il a été déféré hier au parquet par les hommes du commissaire Youssou Ndong du commissariat de police de Jaxaay pour viol, inceste et pédophilie sur sa propre fille.
 
Vieux Père NDIAYE
 
 
LES ECHOS

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Sanction

Volonté populaire

Energumènes

Ubiquité

Boomerang: La curée

Boomerang: Cas

Crescendo

Campagnes

Boomerang: Ronron

Marquage de territoire


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

Covid : 1 décès et 313 nouveaux cas

Covid : 604 nouveaux cas

Covid : 717 cas en 72h

VACCINATION CONTRE LE COVID-19: Le Sénégal vers l’instauration d’une troisième dose

Les 3 cas de Omicron guéris

EXAMEN DU PROJET DE BUDGET DU MINISTERE DE LA SANTE POUR L’ANNEE 2022: Les députés plaident pour une hausse des salaires des médecins et interpellent le ministre sur la menace d’Omicron

COVID-19 EN AFRIQUE DU SUD: Un nouveau variant dénommé «Omicron», résistant aux vaccins, sème la terreur

LANCEMENT DES TRAVAUX DU CENTRE NATIONAL D’ONCOLOGIE DE DIAMNIADIO: Macky annonce la gratuité, dès janvier, des intrants de la chimiothérapie pour les cancers féminins, en attendant la prise en charge de tous les malades

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTERUS 1800 nouveaux cas de cancer par an au Sénégal, la Lisca préconise le dépistage des femmes de 40 et 74 ans tous les 2 ans

0 décès, 10 nouveaux cas et 9 cas graves