jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

Serigne Mboup mise sur les régions pour développer le Sénégal



Serigne Mboup mise sur les régions pour développer le Sénégal

Président de la Chambre de commerce et d’insdustrie de Koalack, l’initiateur de la Foire internationale de Kaolack (FIKA) est  en train de repositionner cette partie du pays dans son rôle de jadis, c’est à dire de poumon économique du pays. Tel un bon cardiologue face à un patient à l’agonie,  Serigne  Mboup qui pense que « le Sénégal ne peut pas se développer sans ses régions » est entrain de remettre  Kaolack et environs sur les rails du développement économique. Entretien.

 

Vous êtes à la 3ème édition de la Foire internationale de Kaolack qui enregistre chaque année une participation record d’exposants et un plus de visiteurs. Pourquoi la FIKA ?

  Le rôle d’une chambre de commerce,  c’est de promouvoir le développement économique de la région représentée. Le développement commercial d’abord, puis le  développement industriel.  Or,  c’est un  secret de polichinelle que la foire est une belle occasion de rencontre d’acteurs  de développement. Elle nous permet d’organiser des foras et des forums  qui sont d’intenses moments d’échanges  pour le développement.  Rappelons que Kaolack a organisé sa 1ère foire en 1970 .  Elle fut  présidée par Senghor sur le  tarmac du port et avait  été l’occasion pour les participants de   procéder à des expositions  et des échanges  bénéfiques pour tous.

Donc c’est la poursuite de cette dynamique qui est à l’origine de la Fika ?

On ne peut développer le Sénégal en concentrant tout sur DaKar. La capitale du  pays est déjà saturée. Et comme le recommande le Président de la République, Macky Sall, il faut nécessairement des pôles de développement régionaux pour faire avancer le pays, c’est-à-dire pour un Sénégal émergent à tous les niveaux.    Comme vous avez pu le constater, la 3 ème édition de la Fika comme celles qui l’ont précédée, est une réussite.  La  foire a permis aux hôtels de Kaolack et alentour de faire le plein de clients. Les aubergistes affichent le sourire. Les  transporteurs, les restaurateurs, les s gérants de station d’essence, les conducteurs de motos taxis sont tous entrain de se frotter les mains avec cette  foire qui a multiplié leur clientèle.    Kaolack est entrain de reprendre sa place  de carrefour économique avec cette foire.

 

Vous avez choisi l’Indonésie comme parrain de cette 3ème Foire internationale de Kaolack. Pourquoi ?

   Lors de la 1ère édition , on avait porté  notre choix sur le Mali pour  parrain. Ce pays voisin du Sénégal est connu par son  marché attrayant et ses produits prisés  de partout.    Kaolack faut –il  le rappeler, a toujours été considéré comme la capitale  Sénégalaise des Maliens  qui sont nos voisins directs, nos parents.  A la 2eme édition, c’est le Nigéria qui a été fait  parrain.  C’est un pays de tradition commerciale  dont un pan de la population est religieusement lié à Kaolack et le Sénégal à travers  Cheikh Ibrahima Niasse. Quant à l’indonésie,  qui est un pays musulman, elle fait partie des pays les  plus économiquement solides de la planète. Si l’Indonésie rayonne sur la scène internationale, c’est à cause de son commerce qui sous tend son industrie.   Tous les choix ont été faits  par un comité installé à cette  fin. On   prépare une foire dont le parrain est la Gambie.  Le Premier Ministre  m’a assuré  de sa diligence pour que le Président de la République procéde au lancement des activités de cette foire.

Serigne Mboup  et le développement sont inséparables. C’est-à-dire que vous êtes plus pour des activités de développement que politiques. La raison ?

Elle est toute simple et découle de ce que les populations attendent des gens qui les représentent. La politique, c’est pour accéder au pouvoir  mais une fois cette étape franchie, il faut s’atteler  à des actions pour le développement. On ne pas passer tout son temps à faire de la politique  sans le développement.   Pour se développer, les pôles  ont besoin de  marché.  Dans une famille, on est obligé d’aller au  marché pour trouver les aliments qu’il faut pour le développement corporel et la survie. C’est comme ça  pour les villes. Là où il ya des infrastructures, de la sécurité, de la santé et de l’éducation et la formation,il ya le développement.   Nous n’allons pas rester à Dakar pour fuir la chaleur  de Kaolack et les moustiques. Nous préférons  les vivre comme tous ceux qui sont à Kaolack et avec qui nous allons réfléchir pour trouver des solutions aux  problèmes de ce terroir  qui regroupe des habitants du Ndiambour, du Baol, Du Cadior, du Djolof  etc.

Un mot sur la politexka

La politexka n’est pas un problème pour nous.  C’est une usine qu’on a voulu faire fonctionner mais pas pour un investissement à perte . Le textile au Sénégal n’a pas de marché. C’est cela qui a coulé Sotiba, l’usine de Thies  et qui n’épargne aucune autre industrie du genre tant qu’un  marché n’est pas trouvé   pour le textile.   Les tenues des forces de défense et de sécurité et des élèves pouvaient  servir de  marché pour le textile  Sénégalais qui a  besoin de mesures protectionnistes pour décoller.
 


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL



Boomerang: Péremption

Boomerang: Pluie acide

Boomerang: Coup de Trafalgar

Boomerang: Partir

Boomerang: Mano a mano

Boomerang: Mille écueils

Boomerang: Exceptionnel

Boomerang: Jugement de Salomon

Boomerang: Héritage

Boomerang: Mission remplie