jotaay

PAPA SOW MIS KO APRÈS AVOIR REÇU UN TAMTAM SUR LA TÊTE: Le combat l’opposant à Siteu finit sans verdict



 
Le combat choc organisé par le Promoteur Pape Abdou Fall, ce dimanche 5 décembre, s’est soldé par un fiasco. Et pour cause, le lutteur des Parcelles Assainies a été blessé, après une altercation avec les batteurs de Siteu, avant le combat à l’arène nationale. Le combat entre Papa Sow et Siteu a été tout simplement annulé et sans verdict.
 
 
 
 
 Le combat choc entre Papa Sow et Siteu, attendu depuis plus de deux ans, n’a pas eu lieu. Le chef de file de Diambars Wrestling a été blessé au niveau de l’arcade sourcilière. Et pourtant tout se passait bien. Les lutteurs sont arrivés à temps au stade, les amateurs se sont déplacés en masse et les petits combats avaient démarré. Aux environs de 18h, les deux lutteurs font leur «touss» dans une ambiance surchauffée. Alors qu’on s’y attendait le moins, unevive altercation éclate entre le camp de Papa Sow et celui de son adversaire Siteu. Un membre du clan de Siteu, dans l’altercation, trouve Papa Sow et lui assène au visage un tam tam avec une violence inouïe. C’est la débandade totale. On se jette des chaises. Les proches de Siteu continuent d’attaquer. Les accompagnants de Papa Sow se constituent en boucliers autour de leur lutteur. Mais la blessure est profonde. Papa Sow perd beaucoup de sang. Il est conduit auprès du médecin du Comité national de gestion de la lutte qui l’ausculte. Sa tête est bandée tout autour. Papa Sow retourne auprès des siens, pleure à chaudes larmes, mais décide tout de même de lutter, malgré sa blessure. Mais le staff médical du Cng ne l’entend pas de cette oreille. Dr Dièye estime que Papa Sow n’est pas en état de lutter. Il informe le corps arbitral, seul habilité à décider de la tenue ou pas du combat. Les arbitres désignés se concertent et décident que le combat ne peut se tenir. Ils décident de l’annuler purement et simplement.
 
 
Dr Dièye : «Papa Sow a perdu beaucoup de sang. Il n’était plus lucide»
 
 
«Papa Sow a eu une blessure au niveau de la région frontale et n'est plus lucide. Il ne peut plus lutter. Il a perdu beaucoup de sang et a mal à la tête. Le verdict, ce sont les arbitres qui le donnent. Nous on ne fait que constater et donner un avis médical. Il sera référé à l'hôpital et on verra ce qu'on fera par la suite. On va le transférer nous-même», a réagi le médecin.
 
 
 
Pape Abdou Fall : «j’ai une déception totale»
 
 
 
Le promoteur de ce choc a été tout simplement déçu de l’issue de cette journée qui a connu plusieurs annulations. Pape Abdou Fall qui, a clamé fort sa déception, dit attendre les décisions du Cng pour pouvoir statuer sur la suite de ces programmes. «Je rends grâce à Dieu. J’ai une déception totale. On a préparé ce combat pendant deux ans et Dieu en avait décidé autrement. Il ne restait que le dernier combat et l’évènement a pris une tournure malheureuse. On s’indigne de cette situation. Il faut qu’on revoie les choses. Je ne m'attendais pas à ça du tout», a confié le promoteur. Il poursuit : «le dernier mot revient au Cng. Il va prendre ses dispositions et ses décisions. Ce n’est pas une belle image pour la lutte. Ce n’est pas souhaitable. Il faut prendre des décisions plus que sévères.»
 
 
 
Meïssa Ndiaye, vice-président Cng : «les arbitres ont appliqué ce que le règlement prévoit»
 
 
 
Un sans verdict a été donc prononcé, a confié le vice-président du Cng chargé de la lutte avec frappe Meïssa Ndiaye.  «C'est déplorable. Ça montre encore qu'il nous reste beaucoup d'efforts. Il faudra au monde de la lutte plus de courage, plus de méthode et d'organisation. Sincèrement, la lutte mérite plus que ça», avance Meïssa Ndiaye qui poursuit : «les arbitres ont appliqué ce que le règlement prévoit, c'est à dire que quand un lutteur est déclaré médicalement inapte, le combat est déclaré sans verdict.»
 
 
 
Moustapha Guèye : «celui qui a blessé Papa Sow doit être mis entre les mains de la justice»
 
Moustapha Guèye s’est désolé de cette situation. L’ancien Tigre de Fass invite à ce que le fautif soit traduit en justice. «On doit connaître l'auteur de la blessure. On l'a tous vu. Celui qui a blessé Papa Sow doit être mis entre les mains de la justice. On peut comprendre les blessures entre les supporters mais pas que quelqu'un attaque le lutteur. Finalement, ce serait mieux de raser l'arène nationale si cela continue», a-t-il déclaré. Avant de poursuivre : «il faut que les malfaiteurs soient traduits en justice. Tant qu'on ne le fait pas, ça ne s'arrêtera jamais. Fass n'a jamais gâché un combat. Parfois dans l'arène, le lutteur a besoin de se confronter avec son adversaire même avant le combat. Pendant ce show, on peut voir des gens malintentionnés. Et c'est ça la cause de ce genre de situation. C'est vraiment dommage et à déplorer», rajoute-t-il.
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Sanction

Volonté populaire

Energumènes

Ubiquité

Boomerang: La curée

Boomerang: Cas

Crescendo

Campagnes

Boomerang: Ronron

Marquage de territoire


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

Covid : 1 décès et 313 nouveaux cas

Covid : 604 nouveaux cas

Covid : 717 cas en 72h

VACCINATION CONTRE LE COVID-19: Le Sénégal vers l’instauration d’une troisième dose

Les 3 cas de Omicron guéris

EXAMEN DU PROJET DE BUDGET DU MINISTERE DE LA SANTE POUR L’ANNEE 2022: Les députés plaident pour une hausse des salaires des médecins et interpellent le ministre sur la menace d’Omicron

COVID-19 EN AFRIQUE DU SUD: Un nouveau variant dénommé «Omicron», résistant aux vaccins, sème la terreur

LANCEMENT DES TRAVAUX DU CENTRE NATIONAL D’ONCOLOGIE DE DIAMNIADIO: Macky annonce la gratuité, dès janvier, des intrants de la chimiothérapie pour les cancers féminins, en attendant la prise en charge de tous les malades

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTERUS 1800 nouveaux cas de cancer par an au Sénégal, la Lisca préconise le dépistage des femmes de 40 et 74 ans tous les 2 ans

0 décès, 10 nouveaux cas et 9 cas graves