jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
SERIGNE BABACAR SY EN REMET UNE COUCHE «Chacun a sa part de vérité à dire, et à dire à qui de droit ; mais je ne suis pas contre un gouvernement» Nigéria - Yahaya Sharif-Aminu condamné à mort pour blasphème: Le chanteur a déclaré dans une chanson que Baye Niasse «était plus grand que le prophète Muhammad» HABIB AIDARA sur la rupture du contrat de AKILEE: «nous sommes totalement en phase avec le DG de la SENLEC» BABA TANDIAN OFFRE UN IMAC à «LES ÉCHOS» ET ASSèNE SES VéRITéS «je demande à mon marabout, mon ami, mon voisin Serigne Moustapha Sy de condamner cet acte de barbarie» MOUNDIAYE CISSE, SOCIETE CIVILE SUR LA GESTION DU COVID-19 «L’Etat doit discuter avec les khalifes généraux pour revoir l’organisation du Magal, du Gamou…» Revue De Presse du 5 Aout 2020 avec Ahmed Aidara CATEGORISATION DES ETABLISSEMENTS PENITENTIAIRES: Différence entre Maisons d’arrêt, Maisons d’arrêt et de correction, Camps pénaux et Maisons de correction LAMINE FATY, DIRECTEUR GENERAL DE LA CONFEDERATION AFRICAINE D’ATHLETISME «Word Athletics a décidé de mettre en place un fonds de soutien à l’athlétisme» COLONEL JEAN BERTRAND BOCANDE, patron de l’Administration pénitentiaire:«Dans une corporation, certains, dans des moments de faiblesse, peuvent exprimer autrement leurs émotions. Mais le personnel est à féliciter» Touba : Ces facteurs qui favorisent la circulation des armes
jotaay

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide



Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

Urgence : il y a rupture de sang au Centre national de transfusion sanguine (CNRS). Chef de service "Promotion don de sang et activités sociales au Cnts", Diallo Dankhoumba Traoré, en explique les causes et appel au secours.

Qu'est-ce qui explique la rupture de sang au Centre national de transfusion sanguine ?
Nous avons presque chaque année, les mêmes difficultés. Après le mois de Ramadan, le stock baisse. Avant, on a eu à constituer un bon stock. Ce qui fait que le mois s'est déroulé normalement. Après la rupture du jeûne, nous avons eu à organiser des collectes de sang auprès des associations musulmanes. Mais, la demande est très forte. C'est pourquoi, nous lançons un appel à la population à donner massivement de leur sang. Car, les patients en ont besoin.

Quelles sont les zones touchées par ce manque ?
À Dakar, nous avons suffisamment de dons. Parce que, chaque année, nous atteignons nos objectifs. C'est-à-dire qu'il faut, comme le recommande l'Organisation mondiale de la santé (Oms), 10 donneurs pour 1000 habitants. A Dakar, nous avons près de 3 millions d'habitants. Au Cnts, nous recevons, chaque année,  35 000 dons environs. Et ce nombre augmente chaque année.C'est au niveau national que nous avons un gap à combler. Si nous prenons la population sénégalaise qui se chiffre entre 14 et 15 millions d'habitants, il nous faudrait entre 140 000 à 150 000 dons, par an, pour couvrir les demandes de la population. Le stock a baissé. Et si on n'y prend garde, nous allons vers une pénurie.

Comment faire pour éviter pareille situation ?
Il faut que les Sénégalais aient la culture du don de sang. Il ne faut pas attendre d'avoir un proche ou une connaissance malade pour venir donner du sang. Les dons familiaux sont pris, mais, ce que nous préférons, ce sont les dons volontaires et bénévoles. Tous ceux qui peuvent faire un don et qui sont âgés entre 18 et 60 ans, peuvent passer au niveau du Cnts. Ceux qui sont diagnostiqués aptes, pourront donner une fois tous les 3 mois pour les hommes et une fois tous les 4 mois pour les femmes.

Dans quelles régions la demande est la plus forte ?
La demande est forte un peu partout. Dans les régions, la situation est encore plus compliquée.  Dans les régions, les dons familiaux sont les plus fréquents.  Les gens attendent  d'avoir des patients pour faire les dons. On a sur le plan national 86 000 dons. Il faut 140 000 à 150 000 dons par an. Nous avons un gap de 60 000 dons qu'il faut impérativement combler. La majeure partie de nos donneurs est constituée d'élèves, d'étudiants et des membres d'associations. Et comme le sang a une période de péremption (35 jours), si la demande augmente, il faut que l'offre aussi augmente.

Qui sont les principaux demandeurs ?
Ceux qui en ont besoin sont nombreux. Il y a les anémiés, les femmes qui accouchent, il y a les interventions chirurgicales, les personnes qui doivent faire la chimiothérapie ou l'hémodialyse. Ces gens-là quand ils sont anémiés, ils ne peuvent pas bénéficier de leurs traitements. On est obligé de transfuser ces patients pour qu'ils puissent, après, faire leur traitement. C'est pourquoi, on a tout le temps besoin que les gens viennent régulièrement donner de leur sang au bénéfice des malades.


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub



Maladresse

Boomerang: Sputnik

Pouvoirs

Causalité

Gargantua

Boomerang: Coup de Jarnac

Boomerang: Radio Cancan

Boomerang: Rest in peace

Boomerang: Alternative

Boomerang: Unisson




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures