jotaay

COUVRE-FEU ET RARETE DES VOITURES DE TRANSPORT : Le calvaire des populations obligées pour la plupart de rentrer à pied



COUVRE-FEU ET RARETE DES VOITURES DE TRANSPORT : Le calvaire des populations obligées pour la plupart de rentrer à pied
Hier, c’était la croix et la bannière pour trouver un moyen de transport public dans la banlieue. Après une longue attente de voitures comme de charrettes qui n’arrivent que rarement, les usagers, hantés par le couvre-feu, ont été obligés de rentrer à pied, prenant d’assaut les routes entre Pikine, Thiaroye, Yeumbeul, Malika…

Les effets des mesures prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus commencent à se faire sentir durement par les populations. Et ce sont nos compatriotes qui empruntent les moyens de transport public qui sont les plus impactés. C’est un véritable calvaire qu’ils vivent depuis hier. Entre Pikine, Thiaroye, Yeumbeul, Guédiawaye…, le spectacle était surréaliste. Des centaines d’hommes et de femmes obligés de rentrer à pied, faute de voitures. En effet, plusieurs chauffeurs ont préféré garer leurs véhicules que de «rouler à perte», comme ce chauffeur de Tata. «Hier, à la fin de la journée, après avoir payé l’essence et les charges, il ne me restait que 3000 F Cfa. Dans ces conditions, je préfère garer la voiture et en profiter pour l’amener au garage», dit-il. Et c’est la même chanson chez beaucoup de conducteurs de cars Ndiaga-Ndiaye (trajet Sicap-Fann) accrochés, qui disent ne pouvoir «rouler à moitié vide», alors que même avec leur capacité normale, ils avaient déjà du mal à s’en sortir. En effet, les voitures de transport (Tata, Ndiaga-Ndiaye et autres) sont obligés maintenant de ne transporter que la moitié de leur capacités (12 passagers pour les voitures de 25 places, par exemple). En plus, les chauffeurs, les apprentis, comme les passagers doivent porter des masques, des gants durant tout le trajet.

Même les charrettes servaient de moyens de transport

Devant cette situation de manque de moyens de transport, c’était la ruée et la confusion totale dans les garages de la banlieue, à l’instar de Pikine Texaco. A chaque fois qu’une voiture se pointe, c’est à une bousculade monstre qu’on assiste. Et à défaut de voitures, certains se sont rabattus sur les charrettes. Ces dernières se sont positionnées dans beaucoup de localités de la banlieue, entre Pikine, Thiaroye, Yeumbeul…avec des tarifs allant jusqu’à 200 F par personne. Et ceux qui n’avaient ni voiture ni charrette, ont été obligés, après une attente infernale, de se résoudre à rentrer à pied. Sur tous les grands axes de la banlieue, le décor était le même, des centaines de gens marchant pour regagner leurs domiciles. Car ne pouvant pas attendre une voiture qui n’arrivera peut-être pas ou tardivement, alors que l’heure du couvre-feu approchait. «L’heure du couvre-feu approche. Nous ne pouvons pas prendre le risque d’attendre alors qu’on n’est pas sûr d’avoir une voiture», soutiennent-ils ça et là.

Mbaye THIANDOUM et Cheikh Tidiane NDIAYE
Pape Moussé Diaw

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS



Boomerang: Lifting

Boomerang: Sésame

Boomerang: Catharsis

Boomerang: Message

Boomerang: Alcôves

Boomerang: Causette

Boomerang: Confinement

Boomerang: Retour

Boomerang: Agressivité

Boomerang: Aller vite




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures