jotaay
jotaay

https://www.facebook.com/flyairsenegal
Le meilleur de l'info au sénégal
RENOUVEAU DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET PARIS : Diomaye et Macron pour un partenariat équilibré au service des intérêts réciproques des deux peuples et fondé sur un respect mutuel RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE DU SENEGAL : La dette publique a atteint 80,8% du PIB en 2023, l’accélération des réformes de l’administration fiscale préconisée pour stimuler la mobilisation des recettes intérieures EXCÉDÉS PAR LES AGISSEMENTS D’OUSMANE SONKO : Des compatriotes écrivent au Conseil constitutionnel et leur demandent de constater la démission du Président Bassirou Diomaye Faye CAMP GRATUIT DE LA CHIRURGIE A SICAP MBAO : La cataracte serait la première cause de cécité dans le pays BASSIROU DIOMAYE FAYE À BAMAKO DEVANT ASSIMI GOÏTA : «La position malienne, quoique rigide, n'est pas totalement inflexible… la Cedeao est très malmenée, mais nous ne devons pas nous résigner» ASSISES SUR LA REFORME ET LA MODERNISATION DE LA JUSTICE BDF : écarte tout procès en inquisition et théorise un système judiciaire qui inspire confiance aux justiciables DIALOGUE NATIONAL SUR LA JUSTICE Dr Cheikh Tidiane Seck dénonce une ‘’ foire de l’hypocrisie’’ et révèle le ‘’deal’’ qui est de transformer le Conseil constitutionnel en Cour constitutionnelle Mauvaise nouvelle pour les autorités : le fret a presque triplé REFORMES DANS LA JUSTICE : La date des assises prévue pour le 28 mai ; des préalables non encore réglés JOURNEE DE LA MEDIATION : A l’heure de la conciliation comme mode de règlement des litiges
jotaay

COMMERCE EXTERIEUR : Le déficit de la balance commerciale s’est fortement amélioré de 1018,7 milliards au dernier trimestre de 2023 à 613,3 milliards au premier trimestre 2024



COMMERCE EXTERIEUR : Le déficit de la balance commerciale s’est fortement amélioré de 1018,7 milliards au dernier trimestre de 2023 à 613,3 milliards au premier trimestre 2024

 
 
 
 
 
Au premier trimestre de 2024, la balance commerciale du Sénégal a enregistré un déficit de 613,3 milliards contre 1018,7 milliards au dernier trimestre de 2023, soit une atténuation de 405,4 milliards. Cette situation traduit une augmentation des exportations de biens (+142,5 milliards), conjuguée à une baisse des importations (-298,8 milliards). Par conséquent, se situant à 58,5%, le taux de couverture des importations par les exportations s’est renforcé de 17,0 points de pourcentage comparativement au trimestre précédent.
 
 
 
 
Durant le premier trimestre de 2024, les exportations de biens ont progressé de 19,7% (+142,5 milliards) pour s’établir à 865,1 milliards, comparé au quatrième trimestre de 2023. Cette progression est attribuable, principalement, à la hausse des ventes de produits arachidiers (+59,0 milliards), de produits pétroliers (+16,4 milliards), d’engrais minéraux et chimiques (+14,9 milliards), de légumes frais (+14,4 milliards) et de ciment hydraulique (+8,8 milliards). Le renforcement des ventes de produits arachidiers et d’engrais minéraux et chimiques est imputable à la hausse simultanée des quantités exportées et des prix implicites. Quant à la croissance des expéditions de légumes frais et de ciment hydraulique, elle est liée à la hausse des quantités exportées conjuguée à la baisse respective des prix implicites de 49,5% et de 0,4%. Concernant les exportations de produits pétroliers, l’accroissement noté est dû à la hausse simultanée du prix implicite (+16,1%) et des quantités exportées de 5,0%. En revanche, la progression des exportations de biens a été ralentie, en partie, par le repli des expéditions d’or brut (-17,1 milliards) et de titane (-5,8 milliards). En outre, les exportations de titane ont enregistré une baisse des quantités vendues ainsi que du prix implicite respectivement de 14,5% et 10,2%. S’agissant du recul des ventes d’or brut, elle est imputable à la baisse de la quantité expédiée (-14,2%) couplée au renchérissement du prix implicite de 1,8%.
 
Les exportations de biens ont baissé de -93,3 milliards en glissement annuel
 
En glissement annuel, les exportations de biens ont reculé de 9,7% (-93,3 milliards), pour se situer à 865,1 milliards. Ce retrait est lié à la baisse des ventes de produits halieutiques (-24,5 milliards), d’acide phosphorique (-14,3 milliards), de produits pétroliers (-8,3 milliards), d’engrais minéraux et chimiques (-7,0 milliards) d’or brut (-6,0 milliards) et de légumes frais (-5,8 milliards). Pour ce qui est de la baisse des ventes de produits pétroliers, elle est expliquée par le repli du prix implicite de 7,5%. Quant à la contraction notée au niveau des ventes de produits halieutiques et d’acide phosphorique, elle est imputable aux prix implicites respectivement de 16,1% et 12,7% ; les quantités vendues ont reculé de 9,5% et 6,8%.
 
Les exportations vers les pays de l'Uemoa se chiffrent à 231,5 milliards
 
Au premier trimestre de 2024, les exportations de biens du Sénégal vers les pays de l’Uemoa ont progressé de 0,3% (+0,6 milliard) pour se situer à 231,5 milliards, comparativement au trimestre précédent. Elles ont représenté 26,8% de la valeur totale des exportations de biens. Le Mali reste le premier client, au niveau de cette Union, avec une part estimée à 71,3%, soit en repli de 4,1 points de pourcentage. Les produits pétroliers sont les principales denrées exportées chez ce pays partenaire, avec une part estimée à 46,7%, soit une baisse de 16,3 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent. 
 
Baisse de -298,8 milliards des importations
 
S’agissant des importations de biens du Sénégal, au premier trimestre de 2024, elles ont connu un repli de 15,1% (-298,8 milliards), pour se situer à 1679,9 milliards, comparativement au trimestre précédent. Ce recul est attribuable, principalement, à la baisse des achats de « véhicules, matériels de transports et pièces détachées automobiles » (-138,0 milliards), d’« huiles brutes de pétrole » (-74,2 milliards), de « machines, appareils et moteurs » (-16,5 milliards), de produits pétroliers finis (-12,8 milliards) et de « fruits et légumes comestibles » (-11,5 milliards). Concernant la baisse des achats de « véhicules, matériels de transports et pièces détachées automobiles » et d’« huiles brutes de pétrole », elle est attribuable au repli simultané des quantités importées, respectivement de 23,6% et de 37,6%, et des prix implicites, respectivement de 35,2% et de 9,8%. La baisse des achats de produits pétroliers finis est le résultat du recul du prix implicite de 10,1% et de la progression de la quantité achetée de 7,6%. S’agissant des « fruits et légumes comestibles », la contraction des achats est due à la diminution de la quantité achetée de 52,7%. Le repli des importations de biens a été, toutefois, freiné par la progression des achats de riz (+30,6 milliards) avec un recul du prix implicite (-7,2%) et une augmentation de la quantité vendue (+61,6%).
 
Les importations de biens chiffrées à 1679,9 milliards en glissement annuel 
 
En glissement annuel, les importations de biens ont baissé de 2,1% (-35,3 milliards), se situant à 1679,9 milliards. Cette situation est occasionnée, en partie, par le recul des achats d’« huiles brutes de pétrole » (-78,6 milliards), de maïs (-10,0 milliards), d’« huiles et graisses animales et végétales » (-9,8 milliards) et de froment et méteil (-5,1 milliards). Concernant la chute des importations de biens, elle est liée au repli simultané de la quantité commandée et du prix implicite pour les « huiles brutes de pétrole » (respectivement -35,2% et -12,1%) et le maïs (respectivement -23,0% et -26,2%). S’agissant des achats de froment et méteil, la baisse constatée est liée au repli des prix implicites de 14,5%, couplé à la progression des quantités achetées de 3,4%. Néanmoins, la baisse des importations de biens a été atténuée par la hausse des achats de « machines, appareils et moteurs » (+49,3 milliards), de produits pétroliers finis (+21,4 milliards), de riz (+16,4 milliards) et de produits pharmaceutiques (+7,3 milliards) et de fruits et légumes comestibles (+4,8 milliards).
 
La Côte d’Ivoire premier fournisseur du Sénégal
 
Durant le premier trimestre de 2024, les importations de biens du Sénégal venant de l’Uemoa, sont évaluées à 57,1 milliards contre 21,9 milliards le trimestre précédent. Elles ont représenté 3,4% de la valeur totale des importations de biens, soit une hausse de 2,3 points de pourcentage comparativement au dernier trimestre de 2024. La Côte d’Ivoire demeure le premier fournisseur du Sénégal au niveau de cette Union, avec une part de 76,2% contre 73,4% le dernier trimestre de 2024. Les principaux produits importés de ce pays partenaire sont les « fruits et légumes comestibles » (15,2%), les « autres produits sucres » (9,9%), les « produits des industries parachimiques (8,7%) et les « matières plastiques artificielles » (6,3%).
 
M. CISS
 
 
LES ECHOS

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Le diable est dans le détail

Impulsion

Répulsion

Desserrer l’étau

Triple bonheur

Derrick

« Le bon la brute et les truands »

Parti-Etat ?

Coaching

Etuve



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030