jotaay

Abdoulaye Diouf Sarr n’exclut pas le confinement : «la situation est tellement sérieuse qu’il ne faut ménager aucun dispositif de protection des populations»



Abdoulaye Diouf Sarr n’exclut pas le confinement : «la situation est tellement sérieuse qu’il ne faut ménager aucun dispositif de protection des populations»
Peur sur le pays. Avec l’annonce de la transmission communautaire, le Sénégal vient d’entrer dans une autre phase de la lutte contre le coronavirus. Bien qu’importantes, les mesures prises par le chef de l’État devront être renforcées certainement pour une meilleure gestion de la maladie. Alors faudra-t-il aller vers un confinement général avec tout ce que cela peut comporter ? Le ministre en charge de la Santé n’exclut pas cette possibilité.

Avec officiellement cinq foyers du coronavirus avec Touba, Dakar, Thiès, Ziguinchor et Saint-Louis, le Sénégal ne va-t-il pas rejoindre la France, l’Italie et d'autres pays touchés par la Covid-19 dans le confinement général ? Si on en croit le ministre de la Santé qui répondait aux questions de Oumar Gningue dans l’émission «point de vue» sur la Rts, aucune mesure ne sera de trop pour endiguer le Covid-19. Selon Abdoulaye Diouf Sarr, «la situation est très sérieuse. Elle est telle qu’il ne faut ménager aucun dispositif de protection des populations sénégalaises».

«la situation devient plus compliquée»

Confirmant la présence du coronavirus à Thiès et Ziguinchor qui sont venues s’ajouter à Dakar et Touba, Abdoulaye Diouf Sarr attire l’attention de tout un chacun sur le niveau de propension du virus, si les mesures ne sont pas respectées. «Au début de l’épidémie, nous étions confrontés aux cas importés, jusqu’à ce que la transmission se fasse au sein des contacts d’un des cas importés. Maintenant, nous sommes face à la transmission communautaire, notamment à Thiès et Ziguinchor», a fait savoir le ministre de la Santé qui a précisé que les trois cas communautaires notés samedi ont été détectés à Thiès et qu'ils font partie du personnel soignant.
Selon ce dernier, le respect de la confidentialité des patients sera toujours respecté, mais au niveau où nous en sommes, il n’y a plus à cacher les données qui peuvent prouver la dispersion du virus. Pour Abdoulaye Diouf Sarr, il faut une prise de conscience collective pour mettre un terme à la propagation de la Covid-19. «Les mesures individuelles sont importantes certes, mais il nous faut beaucoup miser sur les mesures collectives», déclare Abdoulaye Diouf Sarr, qui lance un appel à tous les leaders pour une meilleure sensibilisation des populations. «C’est le moment pour tous les leaders que ça soit ceux de la politique, ceux de la société civile, ainsi que tous ceux qui peuvent porter la voix, de prendre leurs responsabilités afin de s’investir dans ce combat pour le bien-être de toute la population» assure-t-il.
A en croire le ministre de la Santé, il est important que les Sénégalais mesurent l’ampleur de la situation. «Nous avons certes fermé les frontières, mais n’oublions pas que nous avions déjà un stock de cas importés», affirme-t-il avant d’enchaîner : «en plus de ces cas importés, nous avons maintenant des cas communautaires, ce qui veut dire que la situation devient plus compliquée», soutient Abdoulaye Diouf Sarr, selon qui les cas importés ne sont plus à craindre, sauf le stock qui existait bien avant la mesure.

Ndèye Khady D. FALL
Pape Moussé Diaw

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS



Boomerang: Lifting

Boomerang: Sésame

Boomerang: Catharsis

Boomerang: Message

Boomerang: Alcôves

Boomerang: Causette

Boomerang: Confinement

Boomerang: Retour

Boomerang: Agressivité

Boomerang: Aller vite




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures