jotaay

UNE BATAILLE JUDICIAIRE POUR LE RAPATRIEMENT DES RESTES DE MOHAMED SOW : Le Sénégalais, retrouvé mort, 20 ans après sa disparition



 
Le gouvernement italien ralentit le processus de rapatriement de la dépouille de Mohamed Sow, l'ouvrier sénégalais tué et retrouvé vingt ans après, enterré dans la forêt de Oleggio Castello. Avant-hier après-midi, son frère Cheikh Sow s'est rendu à la caserne d'Arona pour récupérer une série de documents nécessaires pour pouvoir prendre ce qui reste du corps. Mais malheureusement, la procédure risque d’être longue et compliquée.
 
 
«Mon frère avait également résidé à Arona pendant un certain temps, j'ai donc dû récupérer ces documents ici également. Le problème est que selon le gouvernement Italien, récupérer ce qui reste de Mouhamed nécessite une très longue procédure. Du parquet de Verbania, j'ai déjà tout reçu par rapport aux documents de l'enquête», explique Cheikh Sow, le frère de Mouhamed. Avant de poursuivre : «Maintenant, je vais devoir transmettre la demande à l'Université de Milan, car c'est dans leur laboratoire qu’a été réalisée l’autopsie qui leur a permis de déterminer avec précision l'identité».
Dans sa famille, le mécanisme judiciaire italien qui ne permet pas la réouverture du dossier dérange. «Le procureur de Verbania a été très clair et m'a tout très bien expliqué : il ne sera plus possible de rouvrir l'enquête. On ne peut pas comprendre les raisons qui empêchent, face à des témoignages sensationnels, de rouvrir à nouveau l'affaire. La mère de Mouhamed vit à Dakar.Elle a entendu ce qui s'est passé à la télé et s'est sentie mal. Elle m'appelle toujours parce qu'elle veut retrouver son fils, elle veut serrer sa dépouille dans ses bras, mais comment faire ? Rien que d’y penser, je me sens mal aussi», a confié un frère de Mouhamed à la presse italienne.
Cheikh Sow affirme que le destin est intervenu dans toute cette affaire. «Modou a d'abord dû s'arrêter à Milan, où il y avait d'autres compatriotes qui avaient trouvé du travail et qui lui auraient donné un coup de main. Un jour, un ami qui travaillait dans la région du lac d'Orta lui téléphone et lui dit qu'il y a beaucoup d'usines là-bas qui ont besoin de travailleurs, qu'il trouverait immédiatement un emploi et un logement, car il y avait déjà une communauté sénégalaise assez nombreuse. Mouhamed a répondu qu’il était convaincu que cela pourrait être le bon endroit pour tenter sa chance en Italie. Il ne savait pas ce qui allait lui arriver. Maintenant, ma tâche est de garder sa mémoire vivante.Nous le lui devons. Puisqu'il n’y a pas de justice, au moins il peut retourner dans sa patrie, près de son père, qui est mort le cœur brisé par ce malheur. Nous ne cherchons pas à nous venger, mais il ne semble pas juste que ceux qui ont commis un acte aussi atroce puissent s'en tirer et rester impunis. C'est la plus grosse offense faite à Mouhamed».
 
Khadidjatou DIAKHATE
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Sanction

Volonté populaire

Energumènes

Ubiquité

Boomerang: La curée

Boomerang: Cas

Crescendo

Campagnes

Boomerang: Ronron

Marquage de territoire


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

Covid : 1 décès et 313 nouveaux cas

Covid : 604 nouveaux cas

Covid : 717 cas en 72h

VACCINATION CONTRE LE COVID-19: Le Sénégal vers l’instauration d’une troisième dose

Les 3 cas de Omicron guéris

EXAMEN DU PROJET DE BUDGET DU MINISTERE DE LA SANTE POUR L’ANNEE 2022: Les députés plaident pour une hausse des salaires des médecins et interpellent le ministre sur la menace d’Omicron

COVID-19 EN AFRIQUE DU SUD: Un nouveau variant dénommé «Omicron», résistant aux vaccins, sème la terreur

LANCEMENT DES TRAVAUX DU CENTRE NATIONAL D’ONCOLOGIE DE DIAMNIADIO: Macky annonce la gratuité, dès janvier, des intrants de la chimiothérapie pour les cancers féminins, en attendant la prise en charge de tous les malades

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTERUS 1800 nouveaux cas de cancer par an au Sénégal, la Lisca préconise le dépistage des femmes de 40 et 74 ans tous les 2 ans

0 décès, 10 nouveaux cas et 9 cas graves