jotaay

ME AUGUSTIN SENGHOR A DIAMBARS ET GENERATION FOOT : "C'est une défiance aussi bien contre la Ligue professionnelle que la Fédération..."




 
 
 
Me Augustin Senghor ne compte pas vaciller quant à la pression de Diambars et Génération Foot qui, non contents de la décision de la Ligue pro de leur interdire de jouer les matchs du championnat dans leurs stades, ont refusé de jouer dans d'autres stades. Interrogé, le président de la Fédération sénégalaise de football a démenti une crise tout en demandant aux clubs de se conforter à la décision de la Ligue pro. Le boss du foot demande même aux clubs de saisir les instances juridiques s'ils ne sont pas contents des décisions prises.
 
 
 
"Il n'y a pas de crise..."
 
"Je suis président de Fédération, vous avez parlé de crise, je n'ai pas la même perception de la notion de crise que vous. Nos championnats se déroulent normalement. Nos U17 sont à la Coupe du monde et notre équipe A est en train de se préparer pour les éliminatoires de la Coupe du monde. Pour nous, tout se déroule normalement. Il n'y a pas de crise dans le football. Il n'y pas de problème à la Fédération sénégalaise de football, mais également à la Ligue. A longueur de saison et d'année, nous sortons des règlements. Je ne parle pas de décisions. Il faut qu'on fasse la nuance entre les différents textes".
 
" J'ai écrit à la Fifa sur le huis clos..."
 
"Aujourd'hui, nous sommes dans une organisation et justement on parle de points importants qu'il faut maîtriser. Nous sommes dans une organisation à laquelle tous les clubs, je ne parle pas de deux clubs ni même les 28 clubs professionnels, Ils ne font pas le football sénégalais, doivent se plier aux règlements. Il faut que les gens comprennent cela. Le socle du football sénégalais est le football amateur. Tous les clubs se plient aux règlements, ils ont accepté l'affiliation qui est un contrat d'adhésion. Il y a une organisation qui est là, nous avons défini des règles. Pour entrer, il y a des dispositions, quel que soit le club. Il en est de même pour nous Fédération vis-à-vis de la Caf et la Fifa. J'ai écrit à la Fifa pour qu'on lève la sanction de jouer un match à huis clos. Ils m'ont carrément répondu non. Est-ce que je vais, malgré tout, mettre des supporters dans le stade ? Non. Je vais me conformer, parce que c'est ça la règle. Si je ne suis pas content de la décision de la Fifa, je peux aller au niveau du Tas".
 
"Aucun droit des deux clubs n'est bafoué"
 
"Aujourd'hui, aucun droit des deux clubs n'est bafoué. Un règlement est sorti. Un règlement à une portée impersonnelle et générale. L'interprétation, je ne veux pas utiliser des mots forts, tendancieuse que les gens peuvent faire d'un règlement ou des rapports entre un ou deux clubs avec une fédération, moi je ne peux pas m'avancer là-dessus. Ça engage ceux qui le font. Les gens nous disent que ça ne concerne que Diambars et Génération Foot, je dis non. Nous au Comex, on ne peut plus continuer comme ça. Est-ce que vous savez que dans beaucoup de domaines, c'est la fédération qui supporte cette Ligue professionnelle ? Nous avons envie que la donne change. Et nous ne sommes pas dupes. Nous savons ce que représentent Génération Foot et Diambars dans le football sénégalais. Mais notre rôle de dirigeant, c'est de donner égale dignité à tous les clubs".
 
Diambars et Génération Foot n'ont pas écrit à la Fsf pour...
 
 "Quelqu'un me disait qu'il faut négocier, je veux bien, mais supposons que je cède, car ils n'ont même pas, à l'origine, écrit pour discuter. Ils ont tout simplement écrit pour dire qu'ils ne vont pas jouer. C'est un refus de jouer. Ce n'est pas des forfaits au sens propre du terme. C'est une volonté délibérée de dire qu'on ne joue pas. C'est une défiance aussi bien contre la Ligue professionnelle que la Fédération. Maintenant, le forfait est presque consommé si on suit la jurisprudence qui a été rendue hier par la Ligue professionnelle. Si, nous, on revient en arrière sous la pression de deux clubs et que derrière les 12 autres clubs de la Ligue disent que nous également on n'ira pas jouer ni à Diambars, ni à GF, qu'est-ce qu'on va faire encore ? On va reculer ? A priori, ils vont dire comme c'est ça, eux ils ne veulent pas jouer chez nous. La sagesse et même la logique est le respect des textes.
Aujourd'hui, je vois dans la presse certains dire qu’ils risquent l'exclusion, ce n'est pas de la faute de la Ligue professionnelle ni de la Fédération, mais par leur faute délibérée. Parce que ils ont pris la mauvaise option de ne pas jouer. Ils auraient pu jouer et saisir le recours gracieux du Comité exécutif. Moi, Augustin, président de la Fédération, je ne peux pas revenir sur un texte qui a été adopté par mon Comex et validé par l'assemblée générale. 
Le parallélisme des formes, ainsi que la hiérarchie des normes, une fois que l'assemblée générale a adopté une disposition, il n'y a que l'assemblée quand elle peut se réunir qui peut revenir sur une décision. Mais, il faudrait que cette relation soit basée sur du droit.
On nous dit que les gens ont construit, mais, disons-nous des vérités : est-ce que vous pensez sérieusement que Metz et Génération Foot, tout ce qu'ils ont investi, c'est pour accueillir le championnat du Sénégal ou pour développer une politique que je salue assez novatrice avec Diambars d'ouvrir cette brèche qui est la modernisation du football, mais aussi la professionnalisation et aussi le football business ? Il fallait avoir des garde-fous. Il ne faut pas que le football business écrase l'ensemble d'un football d'un pays. Sinon on est en danger".
 
Augustin Senghor demande à Génération et Diambars de saisir le Comex
 
"Je suis un homme libre et je ne veux pas entrer dans la polémique. Quels sont les tenants et les aboutissements de ces investissements ? Est-ce que ce sont des investissements qui appartiennent à l'Etat ? Est-ce que moi, en tant que président de la Fédération, si un jour je voulais aller m'entraîner à Diambars ou à Génération Foot, j'aurais droit à un accès à ces stades ? Non. Très souvent, vous ne le savez pas, même les équipes nationales ont voulu s'entraîner dans des centres, on nous a dit qu'il faut payer et on a payé. Il n'y a pas de problème. Parce que ce sont des investissements privés.
En ce qui concerne les règles générales de fonctionnement d'une compétition, quand nous analysons l'environnement de la compétition de la Ligue, nous devons prendre les mesures sans état d'âme et nous devons les appliquer d'abord. S'il y a des erreurs, nous ne sommes pas des divins. S'il y a des gens qui contestent, il y a des voies pour saisir les instances que sont le Tas. Ils peuvent même saisir le Comex pour étudier leur demande.
Le jour où ils (Génération Foot) font le deuxième forfait, c'est la première fois qu'ils m'écrivent en tant que président fédéral pour dire qu'ils souhaitent que l'on diffère cette mesure. Mais pourquoi ils ne l'ont pas fait avant ? Aaucun dirigeant de Diambars et de Génération n'a contacté le président de la Fédération ou le secrétaire général pour dire que nous voulons vous rencontrer pour discuter".
 
Me Augustin Senghor reste ferme...
 
"Nous, on n’a pas de problème. L'autre chose qui est importante, c'est qu'il faut éviter d'atteindre le point de non-retour. Si on prend la situation qui est en vigueur en ce qui concerne Génération Foot, à partir du moment où un deuxième forfait est constaté, cette question échappe à la Ligue pro et au Comité exécutif, parce que ça devient l'affaire des commissions juridiques indépendantes dont nous sommes dotés. On ne peut pas créer des commissions juridictionnelles et marcher sur leurs compétences. Cette juridiction a déjà rendu deux décisions hier (mardi) et certainement, cela va se poursuivre. A ce stade, tant que le contentieux juridictionnel n'est pas vidé, le Comité exécutif ne peut plus intervenir. C'est cette situation à laquelle nous sommes confrontés qui n'est pas de la faute de la Fédération. Quand nous avons décidé de ne plus jouer dans des terrains sablonneux, des clubs amateurs ont grincé des dents. Et même des clubs professionnels. Par exemple Ndar Guedj ; mais on l’a appliqué.
Il y a deux ans, on a dit : plus de matchs de Coupe du Sénégal sur des terrains non gazonnés alors qu'il y a plus de clubs amateurs que professionnels. Des équipes de régions très reculées étaient obligées de faire des kilomètres pour aller jouer sur des terrains gazonnés. Est-ce que on s'est soucié de leur sort ?
Je vous dis que l'équipe du ministre des Sports, après la demi-finale de la Coupe du Sénégal, la Fédération a pris une décision qui consistait à dire que désormais aucun match ne se jouera à Ibrahima Boye, mais ils se sont conformés.
Le Casa Sports fait des kilomètres pour recevoir à Kolda. Eux ils te disent que si vous revenez sur cette décision-là, nous aussi on va retourner à Ziguinchor pour aller jouer dans notre centre. C'est ça la gravité de cette situation qu'on veut éviter en sachant raison garder. Ceux qui ont conseillé à GF et Diambars ne leur ont pas rendu service. Ils auraient pu jouer et trouver des solutions après. Vouloir faire plier une Fédé dans son entièreté à la volonté d'un club, c'est tuer le football et toute capacité d'aller de l'avant".
 
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Vivier

Attente

Arrosoir

Emulation

Révolution

Mamelles

Remake

Tong-tong

Communiquer

Ubiquité



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030