jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
AVENIR POUR L’AFP APRES LE DEPART DE MOUSTAPHA NIASSE Ibrahima Bakhoum et Ibou Sané sceptiques SOUTIEN AUX FONCTIONNAIRES Macky Sall double l’avance Tabaski qui passe de 50.000 à 100.000 F Cfa HORREUR AU COMMISSARIAT CENTRAL DE POLICE DE DAKAR Le chauffeur de «Boy Djiné» pique de sévères maux de ventre et meurt sans assistance au violon MARY TEUW NIANE NIANE TACLE SÉVÈREMENT MANSOUR FAYE «Je ne me glorifie jamais d’un travail mal fait. J’aime la perfection. Je veux le meilleur pour Saint-Louis» COMMUNIQUÉ DE PRESSE Adressage numérique national : Les acteurs sensibilisent les populations sur l’importance du projet MACKY SALL RASSURE LES SÉNÉGALAIS «Tant que je serai président du Sénégal, il n’y aura pas de légalisation de l’homosexualité» TRAFIC DE DROGUE  Un navire avec «une importante quantité de drogue» intercepté en mer par la Marine nationale SADIO MANE SUR LE PITEUX ETAT DE LA PELOUSE DU STADE LAT DIOR ET DE LA COUPURE D’ELECTRICITE EN PLEIN MATCH «Ce qui s’est passé n’est pas digne d’un pays de football comme le Sénégal» PROCHE DE LA FAMILLE DE SERIGNE BABACAR SY ET mort à l’âge de 100 ans,  Katim Touré, enterré dans un terrain de Serigne Maodo Sy Dabakh, exhumé hier REPERES STATISTIQUES DE MARS 2021 Une amélioration de la production notée dans tous les secteurs d’activités

DECISION DE LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO INVITANT LE SENEGAL A SUPPRIMER LA LOI SUR LE PARRAINAGE : Me Abdoulaye Tine salue une victoire du droit et invite Macky Sall à démissionner et à organiser une élection anticipée



DECISION DE LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO INVITANT LE SENEGAL A SUPPRIMER LA LOI SUR LE PARRAINAGE : Me Abdoulaye Tine salue une victoire du droit et invite Macky Sall à démissionner et à organiser une élection anticipée
Initiateur du recours, Me Abdoulaye Tine, président de l’Union sociale libérale (Usl) a salué la «victoire du droit». Selon lui, le Président Macky Sall a perdu sa légalité et sa légitimité. Il l’invite ainsi à démissionner et à organiser de nouvelles élections dans les délais impartis par la loi sénégalaise.

Le Sénégal perd une nouvelle fois la face devant ses pairs de la sous-région ouest-africaine. En effet, une fois encore, la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a condamné l’Etat du Sénégal dans le cadre d’une affaire portée à sa connaissance par des opposants au régime du Président Macky Sall. Elle avait été saisie sur la loi controversée sur le parrainage instauré en avril 2018, en prélude à l’élection présidentielle de 2019. Dans la décision rendue hier mercredi 28 avril 2021, la Cour présidée par le magistrat ghanéen Edward Amoako Asante a ordonné à l’Etat du Sénégal de supprimer la loi sur le parrainage.
Contacté depuis la France où il séjourne actuellement, Me Abdoulaye Tine qui a été à l’origine du recours contestant la loi sur parrainage, qu’il a qualifiée de loi d’éviction qui violait les droits civils et politiques des Sénégalais et des formations politiques sénégalaises qui étaient en lice pour l’élection présidentielle de 2019, a tenu à saluer une victoire du droit. «Je voudrais saluer une victoire du droit. La Cour a dit le droit», a d’emblée déclaré le président de l’Union sociale libérale (Usl) qui ajoute que «cette législation violait les engagements internationaux du Sénégal». Par conséquent, au regard de cette décision, l’avocat au barreau de Paris estime que «l’élection présidentielle de 2019 n’a pas été démocratique». «Cette décision de la Cour de justice de la Cedeao remet véritablement en cause la légitimité mais surtout la légalité du président qui a été élu (Macky Sall). Il est dans l’obligation de revenir sur cette loi. S’il est un vrai démocrate, il doit démissionner et organiser une nouvelle élection présidentielle qui sera ouverte et démocratique. Toutefois, en ce qui le concerne, puisqu’il a déjà entamé son second mandat, il ne pourra pas être candidat à ces élections parce que la loi est claire dans ce sens en cela qu’elle précise que ‘’nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs’’», a fait savoir Me Abdoulaye Tine.
Poursuivant, Me Tine qui invite le gouvernement à réviser le code électoral afin d’y enlever la loi sur le parrainage, indique déjà que pour ce qui concerne les prochaines élections locales, «il ne saurait être question d’appliquer le parrainage». Dans son recours, Me Tine avait demandé à la Cour de justice de la Cedeao de «constater que la loi du parrainage était une loi d’éviction qui violait les droits civils et politiques des Sénégalais et des formations politiques sénégalaises qui étaient en lice pour l’élection présidentielle de 2019. Et qu’il fallait constater que c’était une loi imprécise qui ne répondait pas aux garanties de sécurité juridique. Et, en tant que telle, il faut que la Cour constate l’illégalité de cette loi».

Sidy Djimby NDAO
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


LIVE RADIO

29/03/2021


Boomerang: Sans animosité

Boomerang: Présage

Boomerang: Peau de chagrin

Boomerang: Gazon anglais

Boomerang: Atonie

Boomerang: Stratégie

Boomerang: Abysses

Boomerang: Fleurons

Boomerang: Singeries

Boomerang: «Yoolè»



SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures