jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
Couverture « tendancieuse » des manifestations : Le Gouvernement menace « certains médias » ANTOINE FELIX DIOME BANDE LES MUSCLES «On ne tolérera pas qu’il y ait des débordements ou des écarts» 19 députés de l’opposition déposent un recours au Conseil constitutionnel POUR EVITER LES TENSIONS LIEES AU PAIEMENT DES BOURSES DES ETUDIANTS Yankhoba Diattara sensibilise les opérateurs de téléphonie à payer les bourses par la monnaie électronique POUR SOULEYMANE TELIKO DANS SON OUVRAGE EN GESTATION SUR L’INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Etre au service de la vérité et de la justice nécessite un juge vertueux et la protection de l’intégrité du système judiciaire DECISION DE DEFERER FINALEMENT À SA CONVOCATION Sonko veut éviter qu’on lui colle d’autres délits ou qu’on attente à son intégrité physique SEYDOU DIOUF APRES L’ATTAQUE DE SA MAISON  «C’est de la lâcheté, un fait générateur qui part du discours tenu d’abord par Ousmane Sonko» Sonko a reçu sa convocation pour la date du... Nomination de 6 nouveaux magistrats : la Cour des comptes s’agrandit POUR POUVOIR BÉNÉFICIER DE LA SUITE PRÉSIDENTIELLE DE L'HÔTEL LAGON 2 DE MBOUR  Saliou Faza Mbaye et Mouhamadou Lamine Seck se sont fait passer pour le fils du président de la République et celui d'Idrissa Seck

Elle encourt 5 ans de réclusion criminelle: Fatou Ndiaye accouche, étrangle son nouveau-né et enferme le cadavre dans une valise



 
 
5 ans de réclusion criminelle, c'est ce que risque la domestique Fatou Ndiaye qui a comparu hier, mardi, devant la Chambre criminelle de Dakar pour infanticide. Cette accusée, par peur d'être bannie par les siens restés au village, avait, dans la nuit du 12 au 13 novembre 2017, étranglé son bébé avant de l’enfermer dans une valise.
 
 
 
Fatou Ndiaye, âgée de 19 ans à l'époque, a vu son rêve se briser malgré son jeune âge. Cette dernière, lorsqu'elle quittait le Ndiambour pour rallier Dakar, n’avait qu’une obsession : trouver un travail de domestique afin de venir en aide à sa famille restée au village. Mais, le destin en a décidé autrement, car elle a entre-temps contracté une grossesse. L'auteur de la grossesse est son copain Babacar Seck, qui a non seulement refusé la paternité, mais pire encore, il l'a menacée de mort lorsqu'elle lui a annoncé la nouvelle. Laissée à elle-même, Fatou Ndiaye, qui ne savait plus à quel saint se vouer, a fini par recourir à la solution extrême. Ainsi, pour ne pas être bannie par les siens restés au village, elle a, au bout de 9 mois de grossesse, tué son nouveau-né après son accouchement. En effet, dans la nuit du 12 au 13 novembre 2017, Fatou Ndiaye était prise de contractions de 21h jusqu'à 23h. Ayant remarqué qu'elle se tordait de douleur, ses voisines lui ont demandé ce qui n'allait pas. Mais, curieusement, elle leur a confié qu'elle avait un mal de dent. Et quand ces dernières sont retournées se coucher, Fatou Ndiaye est montée à leur insu sur la terrasse où elle a accouché. Chose faite, elle a étranglé son nouveau-né qu'elle a enveloppé d’un tissu avant de mettre le cadavre dans une valise qu'elle a pris le soin de fermer.
Mais, comme elle était affaiblie par cette délivrance, elle a chuté violemment dans les toilettes. En plus de cela, elle avait un écoulement vaginal. Sommairement interrogée par ses voisines, Fatou Ndiaye qui se trouvait dans l'incapacité de leur montrer le fœtus a allégué une fausse couche. Mais, aux questions des policiers, elle répondit avoir jeté le bébé dans la fosse septique alors que les investigations ont montré que celle-ci était étroite. Les agents enquêteurs l'ayant poussée jusqu'à ses derniers retranchements, ont fini par lui tirer les vers du nez. Après être passée à table, elle leur a indiqué l'endroit où elle avait caché le nourrisson.
 
 
 
Fatou Ndiaye : «Je ne l’ai pas étranglé. Je l’ai juste mis dans la valise pendant des heures»
 
 
 
Toujours dans ses déclarations, Fatou Ndiaye a déclaré avoir accouché d’un mort-né. Ce que les enquêteurs n'ont pas cru. Inculpée pour infanticide, elle a fait face hier au juge de la Chambre criminelle de Dakar où elle a persisté à nier. «J'ai certes caché ma grossesse et mis le nouveau-né dans une valise. Mais, je ne l'ai pas tué puisque je n’en suis pas capable. Je ne l’ai pas étranglé. Je l’ai juste mis dans la valise pendant des heures», a raconté cette accusée qui a déjà fait 4 ans de détention préventive.
 
 
 
Le certificat de genre de mort a conclu à la mort du bébé par strangulation
 
 
 
Hélas, elle n'a pas pu convaincre le parquet qui a requis 5 ans de réclusion criminelle contre elle. La thèse de l'infanticide que soutient le parquetier a été confortée par le certificat de genre de mort qui a conclu à une mort du bébé par strangulation. «Le déshonneur a poussé l’accusée à étrangler son enfant avec sa main ou son pagne», a fait observer le ministère public.
 
 
Me Dialy Kane : «Tant que les hommes ne seront pas inquiétés, les femmes continueront à souffrir»
 
Avocat de l’accusée, Me Tandian a confié à la Chambre que rien dans le dossier ne permet d’affirmer de manière formelle qu’elle a tué l’enfant. «En l’absence d’une preuve formelle, x», tonne la robe noire. À sa suite, son confrère Me Dialy Kane a pointé du doigt la responsabilité des hommes dans les affaires d'infanticide. «Il y a une culpabilité certaine et je sollicite la compréhension et la clémence des juges. L'infanticide, c’est l’infraction des femmes pauvres qui n’ont pas les moyens d’interrompre leur grossesse. Il s’y ajoute que c’est toujours les hommes qui sont derrière en refusant d’endosser leur responsabilité. Tant que les hommes ne seront pas inquiétés, les femmes continueront à souffrir». Elle sera édifiée sur son sort le 2 mars prochain.
 
Fatou D. DIONE
 
 
 
 
 
 
image_85.png image.png  (128.17 Ko)
image_89.png image.png  (1.43 Mo)
LES ECHOS

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | bOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub



Boomerang: Puzzle

Boomerang: Ubuesque

Boomerang: Frêle rafiot

Boomerang: Tribune

Boomerang: Proie et ombre

Boomerang: Semence

Boomerang: Un ange passe

Boomerang: Visas

Boomerang: Machine

Boomerang: Coup de Jarnac




SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures