jotaay
jotaay

https://www.facebook.com/flyairsenegal
Le meilleur de l'info au sénégal
 Allan Petre, ingénieur à la Nasa à 24 ans: « Mon prochain objectif serait de devenir astronaute »  100 JOURS AU POUVOIR DU NOUVEAU RÉGIME : L’Apr parle de 100 jours de confinement de Diomaye par Sonko et flaire la chasse aux sorcières NOMINATIONS AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ  : Le Sames en colère demande des réparations immédiates ANNULATION DU DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE : Politiques, experts parlementaires… analysent le bras de fer entre l’Assemblée nationale et le Premier ministre Abdou Mbow au PM : « Le Sénégal n’est pas une rue publique mais une République » Stratégie de financement ciblé du ministère de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire :  Le ministre Alioune Dione gâte 54 organisations de Bambey et avertit qu’il faudra rembourser jusqu’au dernier centime RENOUVEAU DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET PARIS : Diomaye et Macron pour un partenariat équilibré au service des intérêts réciproques des deux peuples et fondé sur un respect mutuel RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE DU SENEGAL : La dette publique a atteint 80,8% du PIB en 2023, l’accélération des réformes de l’administration fiscale préconisée pour stimuler la mobilisation des recettes intérieures EXCÉDÉS PAR LES AGISSEMENTS D’OUSMANE SONKO : Des compatriotes écrivent au Conseil constitutionnel et leur demandent de constater la démission du Président Bassirou Diomaye Faye CAMP GRATUIT DE LA CHIRURGIE A SICAP MBAO : La cataracte serait la première cause de cécité dans le pays

MACKY SALL, ENVOYÉ SPÉCIAL DU 4P: «L'Afrique doit pouvoir avoir accès aux marchés des capitaux… il faut arrêter de la voir comme un réservoir de ressources naturelles»




 
 
 
Du 5 au 7 juillet, la France a accueilli la 24e édition des Rencontres d’Aix-en-Provence, un évènement auquel participe l’ancien président du Sénégal. Lors d’une interview exclusive accordée à La Tribune, Macky Sall, désormais envoyé spécial du Pacte de Paris pour les peuples et la planète (4P), a partagé sa vision du développement de l’Afrique, en soulignant l’importance des partenariats économiques et de la réforme de l’architecture financière internationale. Pour Macky Sall, l'Afrique doit pouvoir avoir accès aux marchés des capitaux ». Concernant le Sénégal, l’ancien président se dit très heureux du potentiel économique du Sénégal, évoquant une bonne croissance projetée de 8-9% compte tenu du démarrage de l'exploitation du pétrole et du gaz à partir de 2025.
 
 
 
Prenant part aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence, l’ancien président de la République du Sénégal Macky Sall a accordé une interview au journal français «La Tribune». Lors de cet entretien, l'ancien chef d’Etat et envoyé spécial du Pacte de Paris pour les peuples et la planète, a alerté sur la nécessité pour l'Afrique d'avoir accès aux marchés de capitaux pour assurer son développement économique.
Interpelé d’abord sur le potentiel économique du Sénégal et de l'Afrique, Macky Sall se dira très heureux de parler un peu du potentiel économique du Sénégal. «La dernière décennie, 2012-2022-2023, on a eu une croissance moyenne autour de 5-6% malgré la croissance qui a chuté en 2021 après la Covid, qui est retombée à 1,5%. Mais tout de suite, dès l'année qui a suivi, on est reparti à 4,000 puis on est dans cette phase. Et d'ailleurs, sur 2024, on a une croissance projetée de 8-9% compte tenu du démarrage de l'exploitation du pétrole et du gaz à partir de 2025», a indiqué Macky Sall.
 
 
«L'aide publique au développement n'a pas donné les résultats escomptés»

 
 
Concernant la réduction de l'aide publique au développement de 800 millions d'euros annoncée par la France au printemps dernier, Sall note que l'aide publique au développement n'a pas donné les résultats escomptés et ne peut pas être la réponse attendue par les Africains pour le développement. «Nous parlons plutôt aujourd'hui de partenariats et d'accès aux marchés des capitaux dans des conditions soutenables. L'Afrique, ce qu'elle demande, c'est de pouvoir avoir accès à ces marchés, avec des conditions qui ne soient pas handicapées par le système de notation sur la perception des risques. Car c'est ça qui fait que le prix de l'argent est très élevé quand on est un pays en développement, alors que ce sont des pays qui font l'effort de payer leur dette. Car si l'Afrique a des gisements énormes en terres rares, en minerais critiques, en toutes sortes de minéralisations, d'énergie dont du gaz, du pétrole et du soleil, des cours d'eau, mais aussi des terres arables pour l'agriculture, il ne lui manque que des capitaux. Il ne faut plus voir l'Afrique comme un réservoir de ressources naturelles, mais la considérer comme un véritable acteur économique», a-t-il fait savoir.
Macky Sall de poursuivre :«la création du 4P est venue de là. Comment financer le développement ? Lors du sommet de Paris convoqué par le président Macron en 2023, 32 pays ont répondu et ont créé le pacte de Paris pour les peuples et la planète. C'est-à-dire pour apporter une réponse collective, repenser le multilatéralisme, qu'il ne soit plus unilatéral, mais un multilatéralisme plus inclusif, plus latéral et plus transparent. Pour cela, il faut une réforme de l'architecture financière internationale. Il faut que les institutions issues du Conseil Sud de Bretton Woods changent également et tiennent compte de la présence des nouveaux arrivés, des pays africains, des pays asiatiques, des pays de l'Amérique latine, qui sont des pays du Sud global, comme on le dit. Il faut qu'on tienne compte de leurs préoccupations dans le financement du développement, dans la transition climatique», a-t-il fait savoir.
 
 
Des efforts certes, mais…
 
 
Macky Sall dira que même si aujourd'hui le dialogue est moins unilatéral, il y a des efforts, mais c'est encore timide. «L'Afrique a été admise au G20, elle vient d'obtenir un troisième siège au Conseil d'administration du Fonds monétaire international. Ce sont des progrès à saluer, mais ce n'est pas suffisant. Les besoins sont tels, pour ceux qui veulent assurer le développement d'un vaste continent, de 30 millions de kilomètres carrés, d'un milliard 400 millions habitants, qu'il ne faut pas régler ces besoins avec l'aide publique au développement. Il faut donc des solutions innovantes que l'on doit inventer ensemble. Nous avons besoin de plateformes de dialogue, et c'est aujourd'hui la vocation du 4P (Pacte de Paris pour les peuples et la planète)», note-t-il encore.
 
 
‘’Mon rôle aux 4P’’
 
 
Interpelé sur son rôle au quotidien en tant qu’envoyé spécial du 4P, Macky Sall dira que son rôle au niveau du 4P, c'est d'appuyer sur le secrétariat du 4P qui est logé à l'Ocde. «Moi j'apporte la voie politique en fait, simplement le visage politique. Il y a quelqu'un qui vient du sud, mais qui doit aussi parler au nord, au sud, et qui doit aider à établir ces dialogues et à amener tout le monde à prendre conscience que le statu quo ne peut pas perdurer, sinon on va vers une fragmentation qui est réelle. Il y a eu la naissance des Brics, il y a eu la conversion de beaucoup de pays vers les Brics parce qu'ils pensent qu'il faut faire un contrepoids. Mais il faut établir les dialogues entre le nord, le sud, entre l'est et l'ouest pour que le multilatéralisme soit une réalité vécue comme par le passé et encore mieux parce qu'il sera un multilatéralisme inclusif, transversal et polyphonique qui entend aussi la voix des plus faibles et qui ont des choses à apporter. C'est comme ça que nous allons avoir l'avenir du monde et je pense que tout le monde y gagnera. Le thème des rencontres économiques cette année, c'est relier les mondes. Oui, nous sommes en train de relier le monde au quotidien, relier l'Afrique à l'Europe, l'Afrique à l'Asie, l'Afrique à l'Amérique, l'Afrique avec tout le monde. Il faut que l'Afrique soit partie du monde, qu'elle soit dans le commerce mondial, qu'elle soit dans la production mondiale, pas seulement productrice de matières premières», a-t-il invité.
 
 
«Ne plus voir l'Afrique comme un réservoir de ressources naturelles à exploiter, utiliser et partir»
 
Macky Sall a ensuite déclaré qu’il faut créer de la richesse, créer de la valeur ajoutée et surtout créer des emplois, indiquant que c'est comme ça que la prospérité sera partagée, que la migration sera réduite. «Donc il faut que ce dialogue soit à un niveau de prospérité. Il y a eu un rapport qui disait aux Etats-Unis de davantage regarder l'Afrique justement pour ses ressources minières. On sait que c'est aussi l'un des sujets, par exemple pour les batteries de véhicules électriques. Seulement, l'Afrique a tous les outils pour s'imposer face aux deux blocs que l'on a tendance à résumer sur le monde, c'est-à-dire à la fois le bloc américain et le bloc asiatique. L'Afrique n'a pas que ses ressources naturelles, c'est vrai. Elle a des gisements énormes en terres rares, en matériaux critiques, en toutes sortes de minéralisations, d'énergie, de gaz, de pétrole, de soleil, de soleil pour l'énergie, d'eau, des cours d'eau, mais aussi de terres arables pour l'agriculture. Non, ce qui manque, c'est les capitaux. Il faut donc marier ces potentiels aux capitaux pour que chacun prenne sa part de prospérité. Mais ne plus voir l'Afrique simplement comme un réservoir de ressources naturelles que les puissances viennent pour exploiter, utiliser et partir. Ça aussi, ce n'est pas possible. Pour considérer l'Afrique comme un véritable acteur économique à égalité avec les autres. Pour l'égalité et pour le bénéfice réciproque de tout le monde», a encore fait savoir Macky Sall.
 
 
 
Sidy Djimby NDAO
 
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Echos

Bon choix

Calculs

Impatience

Ville d’eau

Chronos

Débats

Oppositions

Le diable est dans le détail

Impulsion



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030