jotaay
jotaay

https://www.facebook.com/flyairsenegal
Le meilleur de l'info au sénégal
 Allan Petre, ingénieur à la Nasa à 24 ans: « Mon prochain objectif serait de devenir astronaute »  100 JOURS AU POUVOIR DU NOUVEAU RÉGIME : L’Apr parle de 100 jours de confinement de Diomaye par Sonko et flaire la chasse aux sorcières NOMINATIONS AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ  : Le Sames en colère demande des réparations immédiates ANNULATION DU DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE : Politiques, experts parlementaires… analysent le bras de fer entre l’Assemblée nationale et le Premier ministre Abdou Mbow au PM : « Le Sénégal n’est pas une rue publique mais une République » Stratégie de financement ciblé du ministère de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire :  Le ministre Alioune Dione gâte 54 organisations de Bambey et avertit qu’il faudra rembourser jusqu’au dernier centime RENOUVEAU DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET PARIS : Diomaye et Macron pour un partenariat équilibré au service des intérêts réciproques des deux peuples et fondé sur un respect mutuel RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE DU SENEGAL : La dette publique a atteint 80,8% du PIB en 2023, l’accélération des réformes de l’administration fiscale préconisée pour stimuler la mobilisation des recettes intérieures EXCÉDÉS PAR LES AGISSEMENTS D’OUSMANE SONKO : Des compatriotes écrivent au Conseil constitutionnel et leur demandent de constater la démission du Président Bassirou Diomaye Faye CAMP GRATUIT DE LA CHIRURGIE A SICAP MBAO : La cataracte serait la première cause de cécité dans le pays

ÉQUIPE NATIONALE DE FOOTBALL DES MOINS DE 20 ANS DU SÉNÉGAL : De nouveaux talents expatriés et locaux attendus, selon le sélectionneur Serigne Saliou Dia




 

 
Il a été le premier à offrir au Sénégal un trophée africain de football à 11 avec l'équipe nationale des moins de 17 ans. Serigne Saliou Dia, compte reconquérir l'Afrique avec les moins de 20 ans dont il est désormais Le sélectionneur national.  Le technicien sénégalais nous a confié, dans cet entretien qu'il nous a accordé, avoir fait un tour en Europe pour renforcer ces capacités techniques mais aussi piocher de futurs Lions. Il se projette aussi bien avec les joueurs locaux mais mise aussi sur des talents expatriés.  
 
Les Echos : Vous avez fait une tournée récemment en Europe. Pouvez-vous nous faire l'économie de votre voyage ? 
 
Serigne Saliou Dia : J'ai effectivement fait un petit tour. C'était d'abord dans le cadre de ma formation continue. J'ai l'habitude, tout le temps, d'aller voir ce qui se fait ailleurs chaque année ou chaque deux ans. Aller voir comment travaillent les autres et se faire une certaine idée. Voir comment ajuster ce qu'on est en train de faire ici avec ce qui se fait ailleurs. Il ne faut pas oublier que tous les joueurs aspirent à aller dans le haut niveau donc il faut qu'on se mette à jour de ce qui se fait là-bas, les techniques d'entraînements etc. C'était l'occasion de visiter certains clubs et découvrir encore une fois des choses qui pourront m'aider dans ma progression, mais aussi celles des joueurs pour le haut niveau. 
J'ai eu à aller d'abord à Lyon parce qu'il fait partie des meilleurs centres de formation du monde. C'était important d'aller voir comment ils procèdent. Je suis passé par Monaco pour voir leur centre de performance, les contenus, comment ils développent les joueurs, les différents tests qui existent chez eux. Je suis aussi aller voir un tournoi international en Hollande où j'ai vu de belles équipes des moins de 20 ans. C'était important de voir ma catégorie avec des équipes européennes. Voir comment ils jouent, leurs philosophies, comment ils attaquent, comment ils défendent... etc. Il y'a eu un mélange beaucoup d'équipes surtout voisines qui m'ont permis de me faire une idée par rapport au niveau de leurs jeunes. 
 
Avez vous pu détecter des jeunes joueurs qui pourront intégrer l'équipe nationale U20 du Sénégal ou vous vous êtes seulement rendu chez les habitués ? 
 
Dans ces tournois, il y'a pas mal de Sénégalais. Le Sénégal maintenant est un pays exportateur de joueurs. Beaucoup de joueurs aussi sont nés là-bas. A Lyon j'ai pu voir de bons Sénégalais qui aspirent à défendre les couleurs de leur pays. C'est pareil aussi en Hollande j'ai vu pas mal de jeunes qui veulent défendre le Sénégal. Avant j'ai eu à voir la demi-finale Gambardella (niveau régional France) entre Troyes et Nancy ou jouent pas mal de Sénégalais. Ils pourront peut-être dans le futur nous aider, mais il va falloir les prendre très tôt en charge pour voir ce qu'ils peuvent nous apporter et se projeter pour l'avenir.  
 
Peut-on s'attendre à l'arrivée de binationaux dans votre équipe ? 
 
L'équipe nationale n'appartient à personne. Elle appartient aux meilleurs Sénégalais, les plus en forme au moment voulu. Si on trouve un jeune Sénégalais qui fait de bonnes choses, on n'hésitera pas à l'appeler s'il veut bien sûr défendre nos couleurs. On est très ouvert et on sait que ce sont des joueurs qui peuvent nous apporter un surplus au niveau de la qualité de la formation et au niveau de l'adaptation climatique. C'est important. S'ils sont prêts et plus compétitifs que ceux qui sont là, on ne peut pas s'empêcher de les prendre. 
 
Pour les perspectives quel est votre programme dans le moyen terme ? 
 
On connaît déjà les dates de l'Ufoa qualificative à la Coupe d’Afrique.  Pour nous c'est extrêmement important de commencer très tôt. On était aux Jeux Africains avec un groupe, mais il y'a beaucoup d'entre eux qui sont partis faire des essais. Peut-être qu'on les aura aussi. On va aussi voir ce que les autres vont pouvoir nous apporter et mettre en place une base très large qui permet de combler face aux éventuelles absences. On va bientôt rentrer en regroupement. 
 
Le championnat du Sénégal a pris fin récemment, peut-on s'attendre à une nouvelle vague de recrues chez vous ? 
 
Comme je l'ai dit tantôt, il y'en aura beaucoup qui vont rejoindre le groupe. L'essentiel c'est qu'ils soient de très bons joueurs capables d'avoir cet état d'esprit en équipe nationale. Ce qui va nous permettre d'aller titiller les autres. Parce que le Sénégal ne peut plus jouer les seconds rôles. Quand on va maintenant dans une compétition, c'est pour s'imposer. C'est cet état d'esprit qu'on est en train de chercher chez les joueurs. Il y aura effectivement un autre lot qui va venir parce qu'il y'en a qui sont partis. On va les voir. Au delà des qualités footballistiques on va voir ce qu'ils peuvent nous apporter en termes d'état d'esprit.
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Echos

Bon choix

Calculs

Impatience

Ville d’eau

Chronos

Débats

Oppositions

Le diable est dans le détail

Impulsion



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030